Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 15 avril 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019/04/15

Q : Selon des médias, le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a récemment tenu des propos inamicaux sur la Chine et les relations Chine-Amérique latine lors d'une visite au Chili et dans d'autres pays d'Amérique latine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

R : Dans sa coopération avec l'Amérique latine, la Chine s'en tient au principe du respect mutuel, d'égalité, d'avantages mutuels et de bénéfices pour tous. Avec pour objectif le développement partagé, cette coopération a vigoureusement stimulé le développement économique et l'amélioration du bien-être des populations dans la région. Nous pouvons prendre le Chili comme exemple. Les échanges commerciaux entre la Chine et le Chili ont atteint 42,8 milliards de dollars l'an dernier, dont 26,9 milliards de dollars d'exportations vers la Chine, ce qui représente une augmentation de 26,9% par rapport à l'année précédente. En 2018, les investissements chinois au Chili ont dépassé 6 milliards de dollars, jouant un rôle important dans le développement économique et social du pays. Les faits prouvent que la Chine offre des opportunités à l'Amérique latine.

Nous avons pris note des allégations sans fondement que le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a portées à la Chine sur la question du Venezuela. Je voudrais souligner que la position de la Chine sur cette question est claire et constante. Nous sommes déterminés à défendre les objectifs et les principes de la Charte des Nations Unies, ainsi que la paix et la stabilité dans la région. Les tentatives du Secrétaire d'État américain Pompeo de calomnier la Chine et de semer la discorde entre la Chine et les pays d'Amérique latine sont irresponsables et absurdes. Nous nous y opposons vivement. Les États-Unis considèrent depuis longtemps l'Amérique latine comme son « arrière-cour », où ils avaient recours à l'envi à la pression, à la menace ou même à la subversion du pouvoir d'autres pays. Pourtant, la justice se trouve dans le cœur de chacun. Je suis sûr que les pays d'Amérique latine sont parfaitement capables de distinguer un véritable ami d'un faux, de savoir qui ignore les règles et qui propage le chaos.

Je dois souligner que depuis un certain temps déjà, des politiciens américains parcourent le monde avec le même scénario dans les poches pour salir la Chine, faire de l'agitation et semer la discorde partout. De tels comportements sont vraiment indignes. Un mensonge restera un mensonge même s'il est répété mille fois. Monsieur Pompeo pourrait bien faire une pause.

Q : Le Premier Ministre Li Keqiang vient de terminer sa visite en Europe. Nous avons noté que, tant dans la déclaration conjointe Chine-UE que dans le programme de coopération entre la Chine et les pays d'Europe centrale et orientale, il était question de continuer à forger des synergies entre l'initiative « la Ceinture et la Route » et la stratégie de l'UE visant à relier l'Europe et l'Asie. Nous avons l'impression générale que, ces derniers temps, les institutions et les États membres de l'UE, ainsi que les différents milieux en Europe, affichent un plus grand intérêt à l'initiative « la Ceinture et la Route » et y prennent une part plus active. À l'approche du deuxième forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale, que pensez-vous des perspectives de coopération entre la Chine et l'Europe dans ce cadre ?

R : En effet, la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » est toujours une des priorités de la coopération Chine-Europe. Les deux parties souhaitent créer des synergies entre l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et la stratégie de l'Union européenne visant à relier l'Europe et l'Asie, afin de réaliser un développement commun fondé sur le principe des consultations, de la coopération et des bénéfices partagés. À présent, les 16 pays d'Europe centrale et orientale ainsi que la Grèce ont signé des documents de coopération avec la Chine dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Récemment, l'Italie, le Luxembourg et d'autres pays européens ont également signé des mémorandums d'entente et de coopération avec la Chine. À l'avenir, la Chine est prête à travailler avec la partie européenne pour rechercher des synergies entre les stratégies de développement respectives afin de mieux tirer parti des avantages complémentaires respectifs et d'améliorer la coopération dans des domaines tels que l'interconnexion, la capacité de production internationale et l'industrie de l'équipement, pour réaliser une coopération gagnant-gagnant et une prospérité commune.

Les dirigeants et les hauts représentants d'un grand nombre de pays européens participeront au prochain forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale qui se tiendra à Beijing. La Chine se joindra aux autres parties, y compris les pays européens, pour les discussions sur les moyens de faire progresser la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » afin que cette voie d'opportunités et de coopération connaisse des perspectives plus larges et des progrès plus grands.

Q : Selon un reportage publié par Reuters ce week-end, la Chine a porté plainte à l'OMC au sujet de la décision du gouvernement australien d'interdire à Huawei de fournir des équipements pour la 5G. Pourriez-vous confirmer cela ? Quelles mesures la Chine prendra-t-elle à l'OMC ? Envisage-t-elle de porter plainte contre le gouvernement australien ? Que fera-t-elle sur la question relative à l'Australie et à la 5G ?

R : La position de la Chine sur la coopération en matière de 5G est très claire. Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, nous espérons que tous les pays continueront à prendre des mesures favorables à la libéralisation et à la facilitation du commerce et des investissements, ainsi qu'à une coopération gagnant-gagnant, ce qui profitera à toutes les économies. Le gouvernement chinois demande toujours aux autres gouvernements de créer un environnement de marché équitable, ouvert, transparent et non discriminatoire pour les entreprises chinoises. Tout pays qui adopte des pratiques discriminatoires, quel que soit le prétexte, ne fera que nuire à sa propre coopération internationale et perdra les avantages qu'il aurait pu en retirer.

En ce qui concerne la question spécifique dont vous parlez, je vous invite à vous renseigner auprès du Ministère chinois du Commerce pour plus de détails. Ce que je peux vous dire, c'est que la Chine défend toujours le système commercial multilatéral fondé sur des règles, et axé autour de l'OMC.

Q : Le Ministre japonais des Affaires étrangères Taro Kono a commencé sa visite en Chine samedi dernier. Aujourd'hui, le Premier Ministre Li Keqiang et le Conseiller d'État Wang Yi ont eu respectivement des rencontres et entretiens avec lui. Pourriez-vous nous donner plus de détails ? Ont-ils évoqué la visite du Président Xi Jinping au Japon ? Comment la Chine évalue-t-elle la visite du Ministre des Affaires étrangères Taro Kono et d'autres membres du cabinet japonais ?

R : Nous publierons en temps utile les informations officielles relatives à la visite du Ministre des Affaires étrangères Taro Kono en Chine, ainsi qu'à ses rencontres et entretiens avec les dirigeants chinois. Je vous propose de les lire attentivement.

Selon les informations dont je dispose actuellement, le Premier Ministre Li Keqiang a rencontré le chef de la diplomatie japonaise Taro Kono, et le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'est entretenu avec lui. M. Wang Yi a souligné que, face à de profonds changements inédits depuis un siècle, il est d'une importance et d'une nécessité accrues pour la Chine et le Japon de renforcer leur coordination et leur coopération. Les deux parties doivent, en restant attachées à l'orientation générale de la paix et de l'amitié, concrétiser le consensus politique consistant à être partenaires coopératifs, au lieu de constituer des menaces mutuelles, et se soutenir mutuellement dans le développement pacifique, pour réaliser un développement partagé par une coopération mutuellement avantageuse.

Les relations sino-japonaises commencent tout juste à s'améliorer. Elles font face à d'importantes opportunités tout en restant sensibles et fragiles. La partie japonaise a déclaré à plusieurs reprises que la Chine et le Japon devraient passer de la concurrence à la coordination ; nous espérons que le Japon mettra en œuvre davantage de mesures concrètes à cette fin. Plus précisément, nous souhaitons tout d'abord que les deux parties, sous la conduite des quatre documents politiques et du consensus important réalisé par les dirigeants des deux pays, continuent de renforcer la confiance politique mutuelle et de veiller à ce que les relations bilatérales restent toujours sur la bonne voie. Deuxièmement, nous devrons promouvoir la montée en gamme de la coopération pragmatique bilatérale et élargir l'éventail des intérêts communs pour obtenir des résultats bénéfiques pour tous. Le Conseiller d'État Wang Yi a déclaré explicitement que la Chine souhaitait la bienvenue à la délégation japonaise de haut niveau au deuxième forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale. Troisièmement, nous devrons poursuivre la promotion des échanges socioculturels, afin d'obtenir un soutien accru du public pour le développement des relations bilatérales. Quatrièmement, nous devrons rester déterminés à gérer les divergences de manière constructive par le dialogue et la négociation.

Dans le même temps, en tenant compte du fait que la Chine et le Japon partagent de vastes intérêts communs dans le domaine multilatéral, nous devrons renforcer la communication et la coordination dans des mécanismes multilatéraux tels que le G20 et l'OMC, défendre conjointement le multilatéralisme et le système de libre-échange, et améliorer la gouvernance mondiale. Le Conseiller d'État Wang Yi a déclaré explicitement que la Chine soutenait le Japon pour l'organisation du sommet du G20 à Osaka.

Le Ministre japonais des Affaires étrangères Taro Kono a également fait des remarques positives ; vous pouvez vous renseigner auprès de la délégation japonaise pour plus de détails. Le Ministre japonais des Affaires étrangères Taro Kono, à la tête d'une délégation composée de plusieurs ministres, a eu un échange de vues approfondi avec la partie chinoise sur les relations sino-japonaises et des questions d'intérêt commun. Vous avez peut-être remarqué que les deux parties ont organisé une série d'activités, y compris la cérémonie d'ouverture de l'Année des échanges entre les jeunes des deux pays, qui a eu lieu hier.

Nous espérons que la visite du Ministre des Affaires étrangères Taro Kono en Chine favorisera le développement des relations sino-japonaises dans la nouvelle ère et permettra aux relations bilatérales de maintenir la dynamique d'amélioration et de développement sur la bonne voie. Nous avons la certitude que cette visite revêtira une signification importante tant que les deux parties resteront attachées à leur consensus.

Vous avez demandé si les deux parties avaient évoqué la visite du dirigeant chinois au Japon. Comme nous l'avons dit à maintes reprises, les échanges de haut niveau sont d'une importance capitale pour la promotion des relations sino-japonaises et les deux parties devront déployer des efforts actifs dans ce sens.

Q : La semaine dernière, vous avez réfuté des informations selon lesquelles des employés chinois de haut rang du fabricant néerlandais de puces ASML auraient volé ses technologies et les auraient transmises au gouvernement chinois. Nous avons constaté qu'ASML a par la suite publié un communiqué pour clarifier la situation. Peter Wennink, PDG d'ASML, a également démenti de fausses informations selon lesquelles un complot national aurait été commis pour voler des informations à sa société. Avez-vous d'autres commentaires à faire à ce sujet ?

R : Nous avons noté la déclaration d'ASML. Pour ce qui est des commentaires approfondis, il est peut-être temps que le journal néerlandais qui a diffusé cette rumeur donne des explications.

Je voudrais réitérer que le gouvernement chinois a une attitude sérieuse lorsqu'il s'agit de respecter et de protéger les droits de propriété intellectuelle. Le PDG d'ASML a déclaré que la Chine a pris des mesures efficaces pour respecter et protéger les droits de propriété intellectuelle. Nous sommes prêts à continuer à renforcer la coopération mutuellement avantageuse avec la partie néerlandaise dans le secteur scientifique et technologique et à mener des dialogues, des échanges et une coopération en matière de protection de la propriété intellectuelle.

Q : Le 12 avril, le Ministère pakistanais des Affaires étrangères a publié les Directives pour la mise en œuvre des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur les sanctions financières, l'interdiction de voyages et l'embargo sur les armes, afin de surveiller et d'orienter la mise en application des sanctions par les gouvernements fédéral et provinciaux contre les personnes et entités désignées par le Conseil de Sécurité. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine a pris note des reportages concernés. La publication de ces directives est la plus récente mesure prise par le Pakistan pour mettre en œuvre son plan d'action national de lutte contre le terrorisme, ce qui met en évidence sa position et sa détermination à lutter résolument contre le terrorisme et à mettre en œuvre la résolution du Conseil de Sécurité sur les sanctions. La Chine en exprime sa haute appréciation. Le Pakistan, un acteur important dans la lutte mondiale contre le terrorisme, a déployé depuis longtemps des efforts et consenti des sacrifices énormes à la coopération internationale en matière de lutte antiterroriste. La Chine soutient le Pakistan dans ses efforts pour lutter contre le terrorisme en fonction de ses conditions nationales, et espère que la communauté internationale renforcera la coopération en matière de lutte contre le terrorisme afin de défendre conjointement la paix et la stabilité aux niveaux mondial et régional.

Q : Une question sur « la Ceinture et la Route ». Dans une interview accordée à un média chinois le mois dernier, l'ambassadeur indien a laissé entendre qu'il est fort probable que l'Inde ne participe pas au deuxième forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale. Il a déclaré qu'aucun pays ne peut adhérer à une initiative qui ne tient pas compte de ses préoccupations fondamentales de souveraineté et d'intégrité territoriale. Que pense la Chine de la manière d'agir de l'Inde ?

R : Vous devriez demander à la partie indienne si son gouvernement ou ses divers secteurs participeront à la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » ou aux activités concernées.

Certes, l'initiative « la Ceinture et la Route » a été avancée par la Chine, mais elle est devenue un bien public international. Le succès du premier forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale et les nombreux résultats exceptionnels en disent long. Le fait que davantage de pays et d'organisations internationales prennent une part active au deuxième forum est une preuve solide de son succès.

Vous avez mentionné les réticences de certaines personnes en Inde pour participer à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », en particulier des préoccupations fondamentales de l'Inde. Je tiens à rappeler que « la Ceinture et la Route » est une initiative ouverte et inclusive de coopération économique et qu'elle n'intervient jamais dans les conflits territoriaux. Dans la construction de « la Ceinture et la Route », la Chine et les pays partenaires sont attachés à l'égalité, à l'ouverture et à la transparence, aux activités commerciales axées sur les entreprises ainsi qu'aux règles du marché et aux normes internationales. Aux parties concernées qui portent des jugements inexacts sur l'initiative « la Ceinture et la Route » en raison de malentendus liés à un manque de connaissance de la situation réelle, je tiens à assurer que la Chine adhère sincèrement et résolument au principe de la consultation, de la coopération et des bénéfices partagés, aux consultations sur un pied d'égalité et à la coopération gagnant-gagnant.

Question supplémentaire : Vous venez de dire que de nombreux pays et organisations internationales seront présents au deuxième forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale. Voulez-vous dire que l'Inde perdra beaucoup d'opportunités si elle n'adhère pas à « la Ceinture et la Route » cette fois-ci ?

R : Depuis son lancement, l'initiative « la Ceinture et la Route » est toujours inclusive et ouverte à tous les pays souhaitant adhérer et travailler pour une coopération gagnant-gagnant. Elle n'a l'intention de n'exclure personne. Si le pays concerné souhaite prendre le temps de réfléchir, nous pouvons attendre.

Vous avez demandé si le fait de ne pas participer au forum signifierait rater des opportunités, car un plus grand nombre de pays et organisations internationales seront présents au deuxième forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale. Je pense que ces pays ne pourront établir des jugements que par eux-mêmes.

Q : Le dirigeant suprême de la RPDC Kim Jong-un a déclaré qu'il aimerait avoir une troisième rencontre avec le Président américain Donald Trump. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Maintenir la dynamique de dialogue sur la question de la péninsule coréenne afin de résoudre les préoccupations de toutes les parties concernées et de réaliser la dénucléarisation est dans l'intérêt commun de toutes les parties et répond aux attentes de la communauté internationale. La Chine a toujours encouragé la RPDC et les États-Unis à déployer des efforts dans le même sens, à rester dans la bonne direction pour régler le problème par le dialogue, à intensifier leurs contacts en adoptant une approche consistant à prendre des mesures progressives et à réaliser des avancées simultanées pour trouver une solution globale, respecter et tenir compte des préoccupations légitimes respectives, réduire autant que possible les divergences, élargir le consensus et travailler avec toutes les parties concernées en vue de la dénucléarisation de la péninsule coréenne et d'un règlement politique.

Suggest To A Friend:   
Print