Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 10 mai 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/05/10

Sur invitation du gouvernement kazakh, Han Zheng, Membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et Vice-Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat, se rendra au Kazakhstan du 14 au 16 mai pour participer au 12e Forum économique d'Astana et au deuxième Forum sur la coopération locale Chine-Kazakhstan.

Q : Selon diverses sources, le Forum international pour la coopération trilatérale 2019 entre la Chine, le Japon et la République de Corée s'est tenu aujourd'hui à Beijing. Pourriez-vous nous donner plus de détails à ce propos ? En outre, cette année marque le 20e anniversaire de la coopération Chine-Japon-République de Corée. En tant que pays assumant la présidence de la coopération, quelles sont les attentes de la Chine concernant la future coopération trilatérale ?

R : Le Forum international pour la coopération trilatérale 2019 a été co-organisé aujourd'hui par l'Association de la diplomatie publique de Chine et le Secrétariat de la Coopération trilatérale entre la Chine, le Japon et la République de Corée. Ce forum vise à faire le point sur la coopération des deux dernières décennies, à tracer la voie de la future coopération et à fédérer de nouvelles idées et suggestions. Le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a prononcé un discours lors de la cérémonie d'ouverture. Plus de 300 experts, universitaires et représentants de divers milieux des trois pays ont participé au forum et ont formulé des suggestions et propositions pour promouvoir l'approfondissement de la coopération trilatérale.

Après 20 ans de développement, la coopération trilatérale Chine-Japon-République de Corée se dote désormais d'une structure de coopération comprenant le sommet des dirigeants, 21 réunions ministérielles et plus de 70 mécanismes de dialogue. Les efforts conjoints des trois pays au cours des 20 dernières années ont donné des résultats remarquables. Alors que le monde est confronté aux défis du protectionnisme et de l'unilatéralisme ainsi qu'aux difficultés du multilatéralisme et du système de libre-échange, il est d'autant plus nécessaire et urgent de renforcer la coopération trilatérale. Nous devons conclure le plus tôt possible les négociations sur le partenariat économique global régional et accélérer les négociations sur un accord de libre-échange Chine-Japon-République de Corée, en émettant des signaux positifs sur notre engagement en faveur de l'ouverture.

Le Japon et la République de Corée, carrefours importants de l'ancienne Route de la soie, sont bien placés pour participer plus activement à la construction de « la Ceinture et la Route » et partager les acquis de la coopération. A la lumière du principe dit de « concertation, synergie et partage », nous sommes disposés à écouter et à accepter les suggestions raisonnables des partenaires du Japon et de République de Corée. Nous sommes convaincus que l'initiative « la Ceinture et la Route » créera un espace plus large pour une coopération plus approfondie entre la Chine, le Japon et la République de Corée et deviendra une source de croissance et un atout de la coopération trilatérale dans le futur. Assumant la présidence de la coopération trilatérale, la Chine travaillera avec le Japon et la République de Corée pour apporter plus d'avantages à nos peuples et contribuer à la paix et au développement mondiaux, en profitant de l'occasion du 20e anniversaire de la coopération pour renforcer la planification stratégique, intensifier la coopération innovante et promouvoir le développement en commun.

Q : Un entretien téléphonique a-t-il eu lieu ou aura-t-il lieu entre le Président Xi Jinping et le Président Donald Trump ? Les deux parties ont-elles eu des discussions à ce sujet ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez mentionné. Je peux vous dire que les deux présidents maintiennent le contact par divers moyens.

Q : Une question sur le fentanyl. Certains fonctionnaires et anciens fonctionnaires américains ont exprimé des doutes sur la volonté de la Chine de réprimer durablement la production du fentanyl. Selon certains fonctionnaires, la Chine aide à lutter contre le fentanyl dans le but d'obtenir plus de contrepoids dans les négociations économiques et commerciales sino-américaines. Quel est votre commentaire ?

R : En avril dernier, les départements compétents du gouvernement chinois ont publié un communiqué et fourni des informations détaillées sur le contrôle des substances liées au fentanyl. Les mesures pertinentes sont entrées en vigueur le 1er mai, faisant l'objet d'une haute appréciation de tous les milieux des Etats-Unis.

Je tiens à souligner que la Chine honore toujours ses engagements. L'inscription des substances liées au fentanyl sur la liste de contrôle constitue une mesure importante du gouvernement chinois pour prévenir et écarter les risques et les périls liés aux drogues de type nouveau afin de garantir le bien-être de sa population, et concentre ses efforts pour participer au contrôle mondial des drogues et préserver la sécurité et la stabilité du monde. Je tiens également à souligner que la Chine n'est pas à l'origine du problème du fentanyl aux Etats-Unis. Pour résoudre ce problème, les Etats-Unis doivent en rechercher davantage la cause chez eux.

Vous avez évoqué un éventuel lien entre la question du fentanyl et les consultations économiques et commerciales sino-américaines. Je ne sais pas qui peut être si imaginatif. La position de la Chine sur les consultations économiques et commerciales est très claire. Le porte-parole du Ministère du Commerce a publié une déclaration à ce sujet. Je ne vais donc pas la répéter ici.

Q : S'agissant des négociations économiques et commerciales, quelles retombées auront-elles sur les relations entre la Chine et les Etats-Unis ? Auront-elles un fort impact négatif sur leur coopération en matière économique et commerciale et dans d'autres domaines ?

R : En ce qui concerne les consultations économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, nous avons présenté notre position à maintes reprises et je ne vais pas la répéter ici.

En ce qui concerne les relations sino-américaines, je voudrais dire que leur développement sain et stable correspond aux intérêts des deux parties et constitue une attente générale de la communauté internationale. Nous espérons que les Etats-Unis conjugueront leurs efforts avec la Chine pour faire progresser une relation bilatérale axée sur la coordination, la coopération et la stabilité. Pour atteindre cet objectif, les deux parties doivent aller dans le même sens.

Q : Selon les médias, l'UE, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont publié une déclaration commune le 9 mai, selon laquelle ils restent attachés à la préservation et à la mise en œuvre intégrale du Plan d'action global commun (JCPOA), recommandent vivement à l'Iran de mettre en œuvre le JCPOA dans son intégralité et regrettent la nouvelle imposition de sanctions par les Etats-Unis après leur retrait de l'accord. Le même jour, le Président Trump a déclaré avoir une attitude ouverte à l'égard du dialogue avec la partie iranienne. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

R : La Chine a suivi de près l'évolution de la question nucléaire iranienne. Nous avons pris note des dernières déclarations des diverses parties.

Je voudrais souligner que le JCPOA, un accord multilatéral approuvé par le Conseil de sécurité des Nations unies, est essentiel pour le régime international de non-prolifération et la paix et la stabilité au Moyen-Orient, donc doit être mis en œuvre pleinement et efficacement. L'AIEA a vérifié 14 fois jusqu'à présent que l'Iran avait fidèlement appliqué le JCPOA. La partie chinoise s'en félicite beaucoup.

Nous regrettons que les Etats-Unis aient exacerbé les tensions en se retirant du JCPOA et en imposant des sanctions unilatérales et la « juridiction au long bras » à l'Iran. Je voudrais souligner de nouveau que le dialogue et la consultation, plutôt que les conflits et la confrontation, sont la seule solution. Nous appelons toutes les parties à faire preuve de retenue, à renforcer le dialogue, à tout mettre en œuvre pour soutenir et faire respecter le JCPOA, et à s'abstenir de toute initiative susceptible de violer l'accord afin d'éviter une escalade en spirale des tensions.

Nous ne souhaitons pas voir de fluctuations sur le marché mondial de l'énergie ni une escalade des tensions au Moyen-Orient. La Chine continuera de s'acquitter de ses obligations dans le cadre du JCPOA et œuvrera avec toutes les parties concernées à sa préservation et à sa mise en œuvre.

Q : Les régulateurs américains ont décidé hier de bloquer China Mobile sur le marché américain en invoquant des raisons de sécurité nationale. La Chine a-t-elle officiellement protesté auprès des Etats-Unis ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. Le gouvernement chinois demande toujours aux entreprises chinoises de se conformer aux règles internationales et à la loi du marché, ainsi qu'aux lois et règlements locaux, en matière d'investissement et de coopération à l'international.

En ce qui concerne le cas que vous avez mentionné, je voudrais dire que nous exhortons les Etats-Unis à respecter les principes de l'économie de marché, à mettre fin à la pratique erronée consistant à invoquer des raisons de sécurité nationale dans chaque dossier, à mettre un terme à l'oppression injustifiée des entreprises chinoises et à fournir un environnement juste, équitable et non discriminatoire pour leurs investissements et leurs activités aux Etats-Unis.

Q : Quelles mesures de rétorsion la Chine prendra-t-elle en réponse à l'imposition de droits de douane supplémentaires par les Etats-Unis ?

R : Vous avez peut-être noté la déclaration du porte-parole du Ministère chinois du Commerce aujourd'hui à midi, auprès duquel vous pourrez obtenir davantage d'informations qui vous intéressent.

Q : Première question, quel est le commentaire de la Chine à propos du lancement du « missile balistique » par la RPDC ? Et deuxième question, en ce qui concerne les frictions commerciales sino-américaines, quand la Chine prendra-t-elle des contre-mesures ?

R : Laissez-moi d'abord répondre à votre deuxième question. Vous avez peut-être noté la déclaration du porte-parole du Ministère chinois du Commerce aujourd'hui à midi, auprès duquel vous pourrez obtenir davantage d'informations concernant les mesures concrètes.

Concernant votre première question, nous avons pris note des reportages concernés. Pour le moment, je n'ai aucune information spécifique sur la catégorie et la nature des projectiles lancés par la RPDC. Ce que je voudrais souligner, c'est que la dynamique chèrement acquise du dialogue et de la désescalade dans la péninsule coréenne est le fruit d'efforts concertés. Nous espérons que toutes les parties resteront engagées dans la voie du dialogue et contribueront davantage à la dénucléarisation et au règlement politique de la question de la péninsule.

Q : Le Département américain de la Justice a annoncé hier la mise en accusation de membres d'une organisation chinoise de pirates informatiques qui auraient volé les informations personnelles de plus de 78 millions de personnes. Quelle est la réaction de la Chine à ce propos ? La Chine condamne-t-elle ces pirates informatiques pour leurs comportements ?

R : Je ne suis pas au courant des détails que vous avez mentionnés. S'agissant d'un problème mondial qui touche aux intérêts communs de tous les pays, la cybersécurité doit être sauvegardée par tous les membres de la communauté internationale. La position de la Chine est cohérente et claire sur la question de la cybersécurité. Nous défendons résolument la cybersécurité et combattons fermement les cyberattaques et piratages informatiques sous toutes les formes. Nous appelons la communauté internationale à répondre conjointement aux menaces et défis liés à la cybersécurité par le dialogue et la coopération, sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des bénéfices mutuels.

Suggest To A Friend:   
Print