Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 19 août 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/08/19

Q : La réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée se tiendra bientôt à Beijing. Pouvez-vous partager avec nous ce qui sera discuté lors de la réunion ? Qu'attend la Chine de la réunion ?

R : La 9e réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée aura lieu le 21 août à Beijing. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi présidera la réunion. La Ministre des Affaires étrangères de la République de Corée Kang Kyung-wha et le Ministre des Affaires étrangères du Japon Taro Kono y participeront. Les trois Ministres des Affaires étrangères échangeront leurs points de vue sur la coopération entre les trois pays, la préparation de la 8e réunion des dirigeants des trois pays et les questions régionales et internationales d'intérêt commun. Des rencontres bilatérales auront lieu en marge de la réunion.

Cette réunion revêt une signification importante, car elle a lieu à l'occasion du 20e anniversaire de la coopération trilatérale Chine-Japon-République de Corée. La Chine souhaite, à travers la réunion, avoir un échange de vues large et approfondi avec la République de Corée et le Japon, approfondir la coopération pragmatique dans différents domaines, planifier le développement de la coopération trilatérale à l'avenir, préserver ensemble la paix et la stabilité régionales et bien mener les préparatifs de la 8e réunion des dirigeants Chine-Japon-République de Corée.

Q : Plusieurs affrontements ont eu lieu au Canada, en Australie et dans d'autres pays entre des partisans des manifestations de Hong Kong et des partisans de la police de Hong Kong. Quel est le point de vue du Ministère chinois des Affaires étrangères sur la participation d'étudiants chinois à l'étranger et d'autres citoyens chinois à ces contre-manifestations en faveur de Beijing ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. Je tiens à souligner les points suivants. Premièrement, il est parfaitement compréhensible et raisonnable que des étudiants chinois et d'autres citoyens chinois à l'étranger expriment leur indignation et leur opposition à des actes et propos qui tentent de diviser la Chine et de porter atteinte à son image.

Deuxièmement, nous espérons également que les Chinois d'outre-mer expriment leur patriotisme de manière rationnelle et veillent à leur sécurité personnelle.

Troisièmement, le gouvernement chinois demande toujours aux Chinois d'outre-mer de respecter les lois et règlements des pays où ils se trouvent. Dans le même temps, nous espérons que les pays concernés pourront comprendre et respecter leurs activités légitimes et protéger leurs droits et intérêts légitimes.

Q : Le week-end dernier, le Président Trump a déclaré qu'il ne souhaitait pas faire d'affaires avec Huawei et qu'il n'était pas prêt à conclure un accord commercial avec la Chine. Dans de telles circonstances, la Chine pense-t-elle qu'il est toujours utile de poursuivre les consultations ?

R : En ce qui concerne Huawei, comme nous l'avons dit à maintes reprises, la coopération économique et commerciale entre les entreprises chinoises et américaines est mutuellement avantageuse. Lors de la rencontre entre les Chefs d'État chinois et américain à Osaka, la partie américaine a déclaré qu'elle permettrait aux entreprises américaines de continuer à approvisionner Huawei. Quand et comment les États-Unis honoreront leurs engagements ? Cela concerne leur crédibilité et leur réputation, et la communauté internationale a son propre jugement. Nous espérons que les États-Unis honoreront leur engagement, cesseront de réprimer et de sanctionner de manière injustifiée Huawei et d'autres entreprises chinoises, traiteront les entreprises chinoises de manière juste, équitable et non discriminatoire et en feront davantage pour promouvoir un développement sain et régulier du commerce entre la Chine et les États-Unis plutôt que de faire le contraire.

En ce qui concerne les négociations économiques et commerciales sino-américaines, la position de la Chine est constante et claire. Nous espérons que les États-Unis travailleront de concert avec la Chine pour mettre en œuvre le consensus dégagé par les deux Chefs d'État à Osaka et trouver une solution acceptable pour les deux parties par le dialogue et les consultations sur la base de l'égalité et du respect mutuel.

Vous devez avoir noté que les équipes économiques et commerciales des deux côtés restent en contact l'une avec l'autre. Mardi dernier, le Vice-Premier Ministre Liu He a eu, sur demande de la partie américaine, un appel téléphonique avec le coordinateur américain chargé des consultations économiques et commerciales de haut niveau entre la Chine et les États-Unis. Vous pouvez consulter le communiqué de presse concerné.

Q : Récemment, trois groupes armés ethniques du nord du Myanmar ont attaqué plusieurs cibles dans des zones contrôlées par l'armée, faisant des morts et des blessés. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : L'attaque armée a fait des morts et des blessés et porté atteinte à la paix et à la stabilité dans le nord du Myanmar. La Chine s'y oppose fermement. Nous attachons une grande importance à la paix et à la tranquillité à la frontière entre les deux pays et soutenons fermement le processus de paix au Myanmar. Le cessez-le-feu et la situation pacifique dans la région doivent être maintenus. La Chine a joué et continuera de jouer un rôle constructif à cet égard.

Q : En réponse aux informations selon lesquelles le navire de recherche scientifique chinois « Haiyang Dizhi 8 » et un navire de garde côtière sont retournés dans la « zone économique exclusive » du Vietnam, le porte-parole du Ministère vietnamien des Affaires étrangères a déclaré le 16 août que le Vietnam avait fait une vive protestation et exigé que la Chine retire ses navires des eaux vietnamiennes. La partie vietnamienne continuera de prendre des mesures pour exercer sa souveraineté et sa juridiction conformément au droit vietnamien et au droit international. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine possède la souveraineté sur les îles Nansha et ses eaux adjacentes. Elle a des droits souverains et une juridiction sur les zones maritimes concernées. Les navires chinois en question naviguent toujours dans les eaux relevant de la juridiction chinoise. Pendant ce processus, les navires ont ajusté de manière appropriée leur plan d'opération en fonction des conditions maritimes et des besoins réels. Nous espérons que le pays concerné respectera scrupuleusement les droits souverains et la juridiction de la Chine et travaillera de concert avec la Chine pour maintenir la paix et la tranquillité dans les eaux concernées.

Q : En mai dernier, des avions de combat chinois ont organisé un entraînement consistant en une simulation d'attaque dans une zone de la Mer de Chine orientale, ciblant les frégates des forces d'autodéfense japonaises. Le Japon a déclaré qu'une telle action était très dangereuse. Cette information est-elle vraie ? Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit et je vous conseille de vous adresser aux autorités militaires.

Q : Selon des reportages, le 17 août, le Conseil militaire de transition du Soudan et les forces d'opposition « Liberté et changement » ont signé une Déclaration constitutionnelle à travers laquelle une nouvelle autorité de transition, appelée Conseil souverain, sera créée pour régir le pays pendant les 39 prochains mois. Il sera dirigé par l'armée pendant les 21 premiers mois et par l'opposition pendant les 18 derniers mois. Abdalla Hamdok, un économiste soudanais, a été désigné par l'opposition comme Premier Ministre du gouvernement de transition. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine salue et soutient la signature formelle de la Déclaration constitutionnelle par les parties concernées au Soudan. L'ambassadeur Mme Xu Jinghu, représentante spéciale du gouvernement chinois pour les affaires africaines, a assisté à la cérémonie de signature. La Chine respecte le droit du Soudan de choisir de manière indépendante sa propre voie de développement national. Nous espérons que les parties soudanaises mettront en œuvre le consensus lié à la Déclaration constitutionnelle, assureront une transition sans à-coups et instaureront rapidement la paix, la stabilité et le développement dans le pays.

Q : Le 18 août, la partie américaine a déclaré aux médias que l'administration américaine avait approuvé la vente d'un lot de chasseurs F-16V d'une valeur de 8 milliards de dollars à Taiwan. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons lu des reportages concernés dans les médias. Ces derniers temps, la Chine a fait à plusieurs reprises des représentations solennelles auprès des États-Unis au sujet de la vente prévue d'avions de combat F-16V à Taiwan. Je soulignerai une fois de plus que la vente d'armes par les États-Unis à Taiwan viole gravement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, en particulier le communiqué du 17 août, qu'elle constitue une grave ingérence dans les affaires intérieures de la Chine et porte atteinte à sa souveraineté et à ses intérêts en matière de sécurité. La Chine s'y oppose fermement.

Je dois souligner que la question liée à Taiwan concerne la souveraineté, l'intégrité territoriale et les intérêts fondamentaux de la Chine. La Chine est fermement déterminée à défendre sa souveraineté et sa sécurité. La Chine exhorte les États-Unis à reconnaître pleinement le caractère extrêmement préjudiciable des ventes d'armes à Taiwan, à se conformer au principe d'une seule Chine et aux trois communiqués conjoints sino-américains, à annuler immédiatement le projet de vente d'armes, à cesser de vendre des armes à Taiwan et d'avoir des contacts militaires avec Taiwan. Sinon, les États-Unis devront en assumer toutes les conséquences. La Chine prendra les mesures nécessaires pour sauvegarder ses intérêts en fonction de l'évolution de la situation.

Q : Un rapport publié aujourd'hui par un centre d'études sur les États-Unis relevant de l'Université de Sydney indique que les capacités croissantes de la Chine en missiles à longue portée dans le Pacifique occidental constituent une grave menace pour les bases et les installations militaires des États-Unis et de leurs alliés dans cette région. Toujours selon ce rapport, si un conflit armé éclate entre Beijing et Washington, les missiles à longue portée de la Chine paralyseraient probablement les États-Unis avec une précision mortelle en quelques heures. Il a également conseillé aux États-Unis et à leurs alliés de renforcer leur capacité de préparation militaire. Comment la Chine réagit-elle à ce rapport et quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Quand ce rapport a-t-il été publié ?

Journaliste : Aujourd'hui.

R : Je ne suis pas au courant du cas spécifique que vous avez évoqué et j'ai besoin de faire des vérifications à ce sujet. Si vous vous intéressez à cela, vous pouvez vous adresser aux autorités militaires. Ce que je peux vous dire, c'est que la Chine suit résolument la voie du développement pacifique et une politique de défense nationale de caractère défensif.

Q : Le Président américain Trump a déclaré qu'il souhaitait une solution très humaine de la question de Hong Kong. Si la Chine recourt à la violence, cela aura des conséquences sur les consultations commerciales entre les deux pays. Comment le gouvernement central envisage-t-il la situation actuelle à Hong Kong et les propos du Président Trump ?

R : Les manifestations et les activités criminelles de violence à Hong Kong durent depuis plus de deux mois. La primauté du droit, l'ordre social, l'économie, le bien-être des habitants, la prospérité, la stabilité et l'image internationale de Hong Kong ont été tous bousculés. Les faits montrent que la prétendue démocratie et la prétendue liberté sans l'esprit de droit ni l'ordre social ne mèneront qu'à l'anarchie et au chaos. Finalement, ce sont les intérêts publics qui seront détériorés. À l'heure actuelle, la tâche la plus urgente et la plus impérieuse à Hong Kong est de mettre fin à la violence et au chaos et de rétablir l'ordre conformément à la loi. Le gouvernement central continuera d'appuyer fermement le Chef de l'exécutif Carrie Lam qui dirige le gouvernement de la région administrative spéciale, chargée de l'administration de Hong Kong conformément à la loi ; il appuie fermement la police de Hong Kong dans une application stricte et juste de la loi ; il appuie fermement la punition des criminels violents en vertu de la loi.

Les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Nous avons noté que le Président Trump avait déclaré précédemment que « Hong Kong fait partie de la Chine. Ils devront s'en occuper eux-mêmes. Ils n'ont pas besoin de conseils ». Nous espérons que les États-Unis tiendront leur parole.

Quant à votre question de savoir quelle est l'opinion du gouvernement central chinois sur la situation actuelle à Hong Kong, je vous suggère de lire attentivement le communiqué de presse concernant la causerie sur la situation à Hong Kong organisée conjointement par le Bureau des Affaires de Hong Kong et de Macao relevant du Conseil des Affaires d'État et la RASHK le 7 août à Shenzhen. La position et l'attitude du gouvernement central ont été clairement énoncées lors de la causerie.

En ce qui concerne les consultations économiques et commerciales sino-américaines, notre position est constante et claire. Nous espérons que les États-Unis travailleront de concert avec la Chine pour mettre en œuvre le consensus réalisé par les deux Chefs d'État à Osaka et trouver une solution mutuellement acceptable par le dialogue et les consultations sur la base du respect mutuel et de l'égalité.

Q : Selon des reportages, le porte-parole du Ministère afghan de l'Intérieur a déclaré qu'un attentat-suicide perpétré dans un auditorium à Kaboul le 17 août avait fait au moins 63 morts et 182 blessés. L'EI en a revendiqué la responsabilité. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

R : La Chine condamne fermement cet acte terroriste. Nous exprimons notre profonde tristesse pour les victimes et notre sincère sympathie aux blessés et aux familles endeuillées. La Chine s'oppose fermement au terrorisme sous toutes ses formes. Nous soutenons fermement les efforts du gouvernement et du peuple afghans pour lutter contre le terrorisme et préserver la sécurité et la stabilité nationales. Nous entendons travailler avec la communauté internationale pour aider l'Afghanistan à retrouver la paix dans les meilleurs délais.

Q : Une question sur la réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée. La Chine envisage-t-elle d'aborder au cours des négociations la question d'un éventuel déploiement de missiles américains à courte et moyenne portée dans la région Asie-Pacifique ?

R : Les informations sur les discussions lors de la réunion seront publiées ultérieurement.

Q : Une autre question sur Hong Kong. Il y a environ deux ans, un porte-parole de l'époque du Ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé que la Déclaration commune sino-britannique n'avait plus de signification pratique et n'était plus contraignante juridiquement sur l'administration de Hong Kong par le gouvernement central. Le Ministère des Affaires étrangères a-t-il toujours ce point de vue ?

R : Au fur et à mesure de l'évolution de la situation à Hong Kong, nous avons exposé plusieurs fois depuis le mois de juin notre position et notre attitude à l'égard de la Déclaration commune sino-britannique. Permettez-moi d'en faire encore une présentation brève.

La Déclaration commune sino-britannique a résolu le problème de Hong Kong légué par l'histoire. Vous ne trouvez aucun article dans cette déclaration qui autorise les forces étrangères à s'immiscer dans les affaires de Hong Kong. Les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Le gouvernement chinois exerce sa juridiction sur Hong Kong conformément à la Constitution et à la Loi fondamentale.

Question supplémentaire : La Chine va-t-elle honorer son engagement inscrit dans cette Déclaration commune ?

R : Comme nous l'avons dit précédemment, avec le retour de Hong Kong à la souveraineté chinoise, la réalisation par le Royaume-Uni de ses droits et obligations énoncés dans la Déclaration commune a été accomplie. Après le retour de Hong Kong à la mère patrie, la Chine a commencé à exercer sa juridiction sur Hong Kong conformément à la Constitution chinoise et à la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hong Kong.

Q : Larry Kudlow, le principal conseiller économique du Président Trump, a déclaré que la Chine et les États-Unis poursuivaient leurs discussions sur les négociations économiques et commerciales sino-américaines et que les négociateurs chinois se rendraient aux États-Unis en septembre. Pouvez-vous confirmer cela ?

R : En fait, j'ai déjà répondu à une question similaire tout à l'heure.

En ce qui concerne les consultations économiques et commerciales, la Chine espère que les États-Unis travailleront dans le même sens que nous et mettront en œuvre le consensus dégagé par les deux Chefs d'État à Osaka pour trouver une solution mutuellement acceptable sur la base de l'égalité et du respect mutuel à travers le dialogue et les consultations. Les deux équipes ont toujours maintenu la communication. Les coordinateurs des deux équipes ont eu un entretien téléphonique mardi dernier. Vous pouvez consulter le communiqué de presse en la matière. En ce qui concerne les dispositions spécifiques pour la prochaine étape, je vous conseille de vous adresser au département chinois compétent.

Suggest To A Friend:   
Print