Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 26 août 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/08/26

Q : Le 24 août, les États-Unis ont annoncé qu'ils augmenteraient de 5% les droits de douane sur des exportations chinoises vers les États-Unis d'une valeur d'environ 550 milliards de dollars. Le Ministère chinois du Commerce a fait une réponse de principe à ce sujet. Pourriez-vous nous dire quelles mesures concrètes la Chine adoptera pour y réagir ?

R : Le porte-parole du Ministère chinois du Commerce a déjà réagi à la dernière décision américaine d'imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits chinois. La décision américaine a violé le consensus réalisé par les deux Chefs d'État à Osaka, foulé aux pieds les règles commerciales multilatérales, nui aux intérêts des deux pays, menacé la sécurité de la chaîne industrielle et de la chaîne logistique mondiales et entravé le commerce international et la croissance économique mondiale. Cela n'est nullement constructif, et porte préjudice à autrui et aux États-Unis eux-mêmes. La Chine s'oppose fermement à de tels actes d'intimidation et de pression maximale pratiqués par les États-Unis et ne les accepte absolument pas. Je voudrais rappeler une fois de plus aux États-Unis que la Chine ne se laissera pas impressionner par les menaces et l'intimidation.

Nous exhortons les États-Unis à ne pas se tromper dans leur évaluation de la situation et à mettre immédiatement fin à leurs pratiques erronées. Si la partie américaine persiste dans l'imposition des droits de douane supplémentaires, la Chine est déterminée à continuer à prendre des mesures pour protéger ses droits et intérêts légitimes.

Q : Le Président américain Trump a tweeté vendredi dernier qu'il avait demandé aux entreprises américaines de quitter la Chine ou de revenir aux États-Unis pour monter des usines. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

R : Vous avez peut-être remarqué que même avant d'avoir la réaction de la partie chinoise, le marché boursier américain et les prix des produits à large débouché ont réagi avec une chute importante. Par ailleurs, vous avez peut-être noté que des représentants de divers secteurs américains ont exprimé leur opposition aux propos concernés et que la communauté internationale a fait savoir son inquiétude quant à la pratique des pressions maximales.

Comme je l'ai dit la semaine dernière, 40 ans après l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis, les deux économies ont développé une relation mutuellement bénéfique avec des intérêts interdépendants. Le « découplage » forcé des deux économies ne pourra que menacer la sécurité de la chaîne industrielle et de la chaîne logistique mondiales, provoquer des fluctuations sur le marché financier mondial et compromettre le commerce international et la croissance économique mondiale. Cela ira à l'encontre des lois de l'économie de marché, des règles de libre concurrence et de la tendance de la mondialisation économique. Cela fera l'objet d'une remise en cause et d'une ferme opposition de toutes les parties prenantes, y compris les entreprises américaines.

En Chine, la demande domestique est devenue le principal moteur de la croissance économique, ce qui lui laisse beaucoup de marges de développement. Parallèlement, avec des liens étroits avec le monde entier, l'économie chinoise est profondément intégrée au marché mondial, ce qui lui laisse une grande marge de manœuvre. Au cours des cinq premiers mois de cette année, les investissements de l'Allemagne, de la République de Corée, du Japon, du Royaume-Uni et de l'UE en Chine ont respectivement augmenté de 100,8%, 88,1%, 18,9%, 9,2% et 29,5%. Le soi-disant retrait des entreprises américaines de la Chine ressemble plutôt à un slogan politique qu'à une mesure pragmatique. Même si le retrait a réellement lieu, d'autres viendront naturellement combler le vide. En fin de compte, ce sont les États-Unis qui subiront des pertes.

Enfin, je tiens à souligner que le « découplage » des économies chinoise et américaine n'est en aucun cas une solution idéale pour atténuer les frictions économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, encore moins une issue pour résoudre les propres problèmes des États-Unis. Permettez-moi de réitérer que le « découplage » avec l'économie chinoise équivaut à une rupture avec des opportunités, avec le monde et avec l'avenir.

Nous recommandons aux États-Unis de mieux prêter l'oreille aux opinions des différentes parties, de bien peser le pour et le contre et de bien réfléchir avant d'agir, et de s'abstenir d'agir selon leurs caprices.

Q : Il y a environ 20 minutes, le Président Trump a déclaré au sommet du G7 : « Nous avons eu deux entretiens téléphoniques avec la Chine à la fin de la semaine. Ils veulent parvenir à un accord commercial. Nous allons bientôt commencer très sérieusement les consultations avec la Chine et conclure un accord commercial ». Par rapport à la semaine dernière, la déclaration du Président Trump est très positive et amicale. La Chine salue-t-elle la dernière prise de position de la partie américaine ? Pouvez-vous nous présenter la communication entre les deux équipes économique et commerciale au cours des 12 dernières heures ? La Chine est-elle toujours disposée à conclure un accord avec les États-Unis ?

R : Je ne suis pas au courant des entretiens téléphoniques de la fin de la semaine évoqués par la partie américaine.

Ce que je peux vous dire, c'est que les frictions économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis doivent être résolues par le dialogue et les consultations. La décision américaine d'augmenter encore le taux de taxes sur les exportations chinoises vers les États-Unis a gravement violé le consensus réalisé par les deux Chefs d'État à Osaka, bafoué les règles du commerce multilatéral, nui aux intérêts des deux pays, menacé la sécurité de la chaîne industrielle et de la chaîne logistique mondiales et entravé le commerce international et la croissance économique mondiale. Cela n'est nullement constructif et nuit tant à autrui qu'aux États-Unis eux-mêmes.

Nous avons noté que la décision américaine d'intensifier les frictions commerciales a suscité de larges préoccupations et inquiétudes aux États-Unis et au sein de la communauté internationale. Nous espérons que les États-Unis pourront revenir à la raison le plus vite possible, abandonner les actes erronés et créer les conditions favorables aux consultations entre les deux parties sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Q : Le 23 août, le Président américain Trump a tweeté qu'il avait ordonné aux sociétés américaines de livraison express de fouiller et de refuser le fentanyl expédié de Chine. FedEx, UPS et US Postal Service ont déclaré, après les instructions du Président Trump, qu'ils avaient commencé à prendre des mesures pour empêcher l'usage de leurs services par les trafiquants de drogue. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Le 1er mai de cette année, le gouvernement chinois a commencé à pratiquer la gestion des produits à base de fentanyl. Cela montre la détermination du gouvernement chinois à protéger la sécurité et la santé de la population chinoise et son engagement à participer à la lutte mondiale contre les stupéfiants et à préserver la sécurité et la stabilité mondiales.

Après la mise en œuvre officielle de la gestion des produits à base de fentanyl, la partie chinoise a pleinement encouragé l'avancement des actions à cet égard, y compris la supervision des entreprises de logistique et de livraison express visant à garantir les trois règlements concernant la livraison sous les vrais noms des expéditeurs, la vérification des articles contenus dans les colis et le contrôle de sécurité par des appareils, ainsi que l'intensification du contrôle des paquets internationaux à haut risque à la douane pour assurer une mise en œuvre efficace de toutes les mesures.

Selon les données fournies par la Drug Enforcement Administration des États-Unis, au deuxième trimestre, après l'annonce par les Chinois des mesures de gestion de l'ensemble des produits à base de fentanyl, US Customs and Border Protection n'a saisi que quatre affaires de contrebande de fentanyl en provenance de la Chine ; cela montre l'efficacité des mesures prises par la partie chinoise. Malgré cela, le nombre de décès causés par l'abus de fentanyl aux États-Unis reste élevé, ce qui prouve que la crise des opioïdes aux États-Unis résulte de multiples facteurs et que la cause fondamentale ne vient pas de la Chine.

Comme nous le disent de simples principes de l'économie, l'offre et la demande vont de pair, il n'y aura pas d'offre sans demande. Aux États-Unis, on a tendance à abuser des analgésiques sur ordonnance. Les Américains, qui ne représentent que 5% de la population mondiale, consomment jusqu'à 80% des opioïdes du monde. L'administration américaine peut faire davantage pour réduire la demande en fentanyl. Les États-Unis devraient respecter les faits, cesser de blâmer les autres et considérer ce que la Chine a fait de manière objective tout en renforçant la réglementation nationale et en prenant des mesures concrètes pour limiter la fabrication, la vente et le trafic de substances analogues au fentanyl.

Q : Le week-end, nous avons remarqué sur le site web de votre Ministère qu'un nouveau collègue vous a rejoints à l'équipe du Département de l'Information. Il a été Ministre-Conseiller à l'ambassade de Chine au Pakistan. Deviendra-t-il le nouveau porte-parole de votre Ministère et quand commencera-t-il son travail ?

R : On dirait que vous vous intéressez tous à cette affaire. Je peux vous dire que le nouveau porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères viendra sûrement sur ce podium. Vous saurez alors la réponse. (Les journalistes rient.)

Q : Des experts ont souligné que l'industrie de la viande de bœuf était l'un des principaux facteurs à l'origine de l'incendie de la forêt amazonienne. La Chine, principal importateur de bœuf brésilien, a-t-elle des points de vue sur les conséquences et les causes de l'incendie ?

R : Vous disiez qu'il y a un lien entre le feu et le bœuf. C'est la première fois que j'entends une telle affirmation.

La Chine a noté l'incendie en Amazonie, au Brésil. Nous soutenons les efforts du gouvernement brésilien dans la lutte contre l'incendie et espérons qu'il sera maîtrisé dans les meilleurs délais.

Q : Le Ministre iranien des Affaires étrangères Zarif effectue une visite en Chine. Quelles sont les dernières nouvelles sur sa visite ?

R : La semaine dernière, j'ai annoncé la visite du Ministre des Affaires étrangères Zarif en Chine et présenté les attentes de la partie chinoise.

Pour autant que je sache, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'entretiendra avec le Ministre iranien des Affaires étrangères Zarif plus tard cet après-midi. Nous publierons des informations en temps opportun.

Q : Selon certaines informations, le Président russe Poutine aurait chargé le Ministère russe de la Défense et le Ministère russe des Affaires étrangères d'étudier les mesures pour faire face au récent test américain de missile fixe basé sur terre à courte et moyenne portée lancé par les États-Unis, et de préparer une « réponse symétrique ». Selon vous, en quoi les actes américains affecteront-ils la sécurité régionale et mondiale ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. Moins de trois semaines après le retrait officiel des États-Unis du traité FNI, le Pentagone a effectué un test de missile fixe basé sur terre à courte et moyenne portée, ce qui est interdit en vertu du Traité. Cela prouve clairement que le retrait des États-Unis leur a permis de se libérer pour développer des armes de pointe et rechercher des avantages militaires unilatéraux.

La décision des États-Unis déclenchera un nouveau tour de course aux armements et une escalade de la confrontation militaire, ce qui aura de graves répercussions sur la sécurité internationale et régionale. Nous conseillons à la partie américaine de rejeter la mentalité de la guerre froide et de l'idée désuète du jeu à somme nulle, de faire preuve de retenue quant au développement des armements, de maintenir le régime actuel de contrôle des armements et de contribuer davantage à l'équilibre stratégique et à la stabilité planétaire, ainsi qu'à la paix et à la sécurité internationales et régionales.

Q : Ce week-end, la tension a connu une escalade à Hong Kong, la police a fait recours à des canons à eau et a tiré des coups de sommation. Comment le gouvernement central envisage-t-il cela ?

R : Le gouvernement et la police de la région administrative spéciale de Hong Kong ont répondu aux questions concernées. Le gouvernement central soutient fermement le chef de l'exécutif Carrie Lam, à la direction du gouvernement de la région administrative spéciale, dans l'administration en vertu de la loi, et soutient fermement la police de Hong Kong pour mettre fin à la violence et au chaos et rétablir l'ordre en vertu de la loi.

Q : Le Président américain Trump a déclaré que les États-Unis et la Chine avaient eu deux entretiens téléphoniques ce week-end. Est-ce vrai ? Êtes-vous au courant des sujets abordés ? La Chine est-elle disposée à poursuivre les consultations économiques et commerciales avec les États-Unis ?

R : Je peux vous dire explicitement que je n'en ai pas entendu parler.

Nous avons toujours insisté sur l'importance de résoudre les frictions sino-américaines dans les domaines économique et commercial par le dialogue et les consultations. La décision américaine d'augmenter encore les tarifs a violé le consensus dégagé par les deux Chefs d'État à Osaka, foulé aux pieds les règles commerciales multilatérales, nui aux intérêts des deux pays, menacé la sécurité de la chaîne industrielle et de la chaîne logistique mondiales et entravé le commerce international et la croissance économique mondiale. Ce n'est nullement constructif et cela nuit à autrui et aux États-Unis eux-mêmes.

Nous avons remarqué que l'escalade des frictions commerciales provoquée par la partie américaine suscitait de vives préoccupations des différents milieux aux États-Unis et au sein de la communauté internationale. Nous espérons que les États-Unis renonceront à leurs actes erronés et reviendront à la raison, créeront des conditions favorables aux consultations fondées sur le respect mutuel, l'égalité et les avantages mutuels.

Suggest To A Friend:   
Print