Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 18 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/12/18

CCTV : Selon des reportages, le gouvernement chinois a récemment signé avec l'Union africaine (UA) un projet de coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route ». Pourriez-vous nous en présenter plus de détails ?

Wang Wenbin : Récemment, le Ministre chargé de la Commission nationale du développement et de la réforme He Lifeng et le Président de la Commission de l'UA Moussa Faki Mahamat ont conjointement signé le Projet de coopération entre le gouvernement de la République populaire de Chine et l'Union africaine pour promouvoir conjointement la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route ». Ce projet de coopération est le premier document de coopération signé entre la Chine et une organisation internationale régionale pour planifier la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route ». Selon les arrangements, la Chine établira également un mécanisme de coordination avec la Commission de l'UA sur la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », en vue de promouvoir la mise en œuvre du projet de coopération.

À ce jour, la Chine a signé 202 documents de coopération sur « la Ceinture et la Route » avec 138 pays et 31 organisations internationales. Parmi eux, l'Afrique constitue un partenaire important de la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route ». 44 pays africains et l'UA ont signé des documents de coopération concernés avec la Chine, ce qui représente environ un tiers du nombre total des pays et des organisations internationales qui ont signé de tels documents. Dans le cadre de la coopération sur « la Ceinture et la Route », un grand nombre de projets ont été accomplis, tels que la première phase du chemin de fer Nairobi-Malaba au Kenya, le pont Maputo-Catembe au Mozambique et le nouveau terminal à conteneurs du port de Walvis Bay en Namibie, ce qui a apporté une contribution agissante à la lutte contre l'épidémie de COVID-19 et au développement économique et social des pays africains. La Chine est le premier partenaire commercial de l'Afrique depuis 11 années consécutives et l'un des principaux pays investisseurs en Afrique. La Chine est disposée à travailler avec l'Afrique pour renforcer davantage la synergie approfondie entre l'Initiative « la Ceinture et la Route », l'Agenda 2063 de l'UA et les stratégies de développement des pays africains, approfondir activement la coopération pragmatique sino-africaine dans divers domaines, et réaliser un développement commun en se complétant mutuellement, de sorte à contribuer davantage à la construction d'une communauté d'avenir partagé plus étroite unissant la Chine et l'Afrique !

Sputnik :Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré lors de sa conférence de presse annuelle du 17 décembre que la Russie et la Chine partageaient des intérêts communs dans de nombreux domaines et que les dirigeants des deux pays maintenaient une confiance mutuelle de haut niveau et de bonnes relations pragmatiques. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Merci pour votre attention aux relations sino-russes. En 2020, confrontées à la pandémie du siècle et à des changements jamais connus depuis un siècle, la Chine et la Russie sont toujours restées des acteurs de la coopération antiépidémique internationale, des exemples de grands pays vivant en harmonie et des gardiens de l'équité et de la justice internationales. Les deux Chefs d'État se sont entretenus par téléphone à plusieurs reprises et ont participé ensemble à plusieurs sommets multilatéraux importants sous forme de visioconférence. Grâce aux échanges étroits et à la direction stratégique des deux Chefs d'État, le partenariat de coordination stratégique global sino-russe pour une nouvelle ère continue de s'améliorer, et la coopération pragmatique entre les deux pays fait preuve d'une grande résilience et d'un grand dynamisme endogène. La Chine est devenue la première destination des exportations agricoles russes et reste le premier partenaire commercial de la Russie, des secteurs émergents de coopération bilatérale tels que l'e-commerce transfrontalier sont en plein essor, et l'année Chine-Russie de l'innovation scientifique et technologique a engendré la plus longue liste de coopération entre les deux pays dans le cadre d'une année thématique au niveau national. Les relations sino-russes dans la nouvelle ère ont vu leurs connotations stratégiques s'enrichir chaque jour davantage et leurs bases sociale et populaire devenir encore plus solides. Les deux pays ont joint leurs efforts pour défendre les acquis de la Seconde Guerre mondiale, se sont fermement soutenus l'un l'autre dans la lutte contre l'ingérence et la stigmatisation, et sont devenus des forces importantes dans le maintien de la stabilité de l'échiquier stratégique international.

L'année prochaine sera également une année d'une importance particulière pour la Chine et la Russie. Les deux parties célébreront conjointement le 20e anniversaire de la signature du Traité sino-russe de bon voisinage, d'amitié et de coopération pour perpétuer et faire rayonner leur vision pour une amitié transmise de génération en génération. Sous la direction stratégique des deux Chefs d'État et avec les efforts conjoints des deux peuples, nous avons suffisamment de confiance et de détermination pour préserver les progrès durement réalisés des relations sino-russes, maintenir la bonne dynamique d'un développement florissant de la coopération des deux pays, et jouer un rôle plus constructif dans la gouvernance mondiale dans la période post-COVID-19.

Reuters : Selon Reuters, les États-Unis ont annoncé vendredi qu'ils ajouteraient quelque 80 entreprises chinoises dans une liste noire du commerce, y compris la Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC). Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Si ce que vous avez dit est vrai, ce sera un autre exemple que les États-Unis utilisent leur pouvoir d'État pour réprimer les entreprises chinoises. La Chine s'y oppose fermement.

En politisant les questions économiques et commerciales, les États-Unis violent les principes d'économie de marché et de concurrence loyale dont ils se vantent depuis toujours, ainsi que les normes du commerce international, ce qui non seulement porte atteinte aux droits et intérêts légaux des entreprises chinoises, mais n'est pas non plus dans l'intérêt des entreprises américaines. Cela perturbera gravement les échanges scientifiques et technologiques ainsi que les échanges commerciaux normaux entre les deux pays voire dans le monde entier, et sabotera les chaînes industrielles, d'approvisionnement et de valeurs mondiales.

Nous exhortons les États-Unis à cesser leurs actes erronés de réprimer de façon injustifiée les entreprises étrangères. La Chine continuera à adopter des mesures nécessaires pour défendre les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises.

The Paper : Selon Reuters, le responsable des urgences du bureau régional de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour le Pacifique occidental Babatunde Olowokure a déclaré le 17 décembre dans une conférence de presse que l'OMS continuait à discuter avec la Chine sur l'équipe d'experts internationaux et les régions dans lesquelles elle se rendrait. Selon lui, la Chine accueillera la mission qui devrait se rendre sur place début janvier. La Chine pourrait-elle confirmer les informations concernées ?

Wang Wenbin : J'ai déjà répondu à des questions similaires hier. Depuis le début de l'épidémie, avec une attitude ouverte, transparente et responsable, la partie chinoise fut parmi les premiers à mener une coopération sur le traçage du nouveau coronavirus avec l'OMS. Des experts de l'OMS sont venus en Chine à deux reprises, et les experts de la partie chinoise ont tenu plusieurs séances d'échanges via vidéo avec l'OMS et l'équipe d'experts internationaux pour partager activement les résultats de l'enquête chinoise sur les origines du virus et les expériences de la Chine en matière de riposte à l'épidémie. L'OMS, de sa part, a tenu la Chine au courant des progrès des études internationales sur les origines du virus. La coopération bilatérale avance solidement. Les deux parties sont en étroit contact sur la coopération en matière de traçage du virus et d'emploi du temps dans la prochaine étape.

En même temps, je tiens à indiquer que le traçage du virus est un processus de développement continu qui peut impliquer plusieurs pays et régions. Depuis une certaine période, nous avons lu de nombreux reportages sur l'apparition du nouveau coronavirus dans plusieurs régions du monde l'année dernière. Cela démontre une fois de plus que le traçage du virus est une tâche scientifique qui exige une attitude hautement sérieuse ainsi que des enquêtes et des recherches à l'échelle mondiale par les scientifiques.

La Chine entend continuer à renforcer la coopération avec l'OMS pour promouvoir le traçage du virus au niveau mondial. Nous espérons également que les autres pays mèneront une coopération active avec l'OMS à l'instar de la Chine, en vue de mieux se préparer pour répondre aux éventuelles crises de santé publique similaires dans le futur.

AFP : L'armée américaine a affirmé dans une déclaration hier que la Chine était la menace stratégique à long terme la plus urgente, et que dans le futur, la marine américaine prendrait des actions plus résolues face aux violations du droit international. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

Wang Wenbin : La Chine s'engage depuis tout le temps dans la voie du développement pacifique, et poursuit fermement la politique de défense nationale de nature défensive. Elle est pays constructeur de la paix mondiale, contributeur au développement mondial et défenseur de l'ordre international. Le développement par la Chine de ses forces de défense nationale a purement pour but de sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays, et de protéger la paix internationale et régionale. La Chine n'a pas l'intention de menacer ni ne menacera aucun pays. Le développement de la Chine représente un renforcement de la force pour la paix dans le monde.

La Chine s'engage depuis toujours à développer une relation sino-américaine marquée par le non-conflit, la non-confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant, tout en défendant résolument sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement. Nous espérons que la partie américaine traitera de manière raisonnable et objective le développement de la défense nationale et de l'armée de la Chine, ira dans le même sens que la Chine, se concentrera sur la coopération, gérera les divergences, et promouvra la remise des relations sino-américaines sur les rails afin de mieux bénéficier aux deux pays et aux deux peuples.

Reuters : Selon le South China Morning Post, la Chine prévoit de vacciner environ 50 millions de Chinois contre la COVID-19 avant le pic du chassé-croisé de la Fête du Printemps. Pourriez-vous le confirmer ?

Wang Wenbin : Depuis l'apparition de la COVID-19, le gouvernement chinois a placé le peuple au centre de ses préoccupations et accordé la priorité absolue à la vie, a adopté des approches de prévention et de contrôle scientifiques et mis en œuvre des mesures ciblées. La Chine est devenue le premier pays à contrôler effectivement l'épidémie, et a obtenu des succès stratégiques majeurs en matière de prévention et de contrôle. Concernant les vaccins, la Chine attache toujours une grande importance à la sécurité et à l'efficacité des vaccins. Les entreprises chinoises de recherche et développement de vaccins mènent la recherche et le développement dans le strict respect des règles scientifiques et des exigences de surveillance, et poursuivent la coopération internationale dans le strict respect des normes internationales et des lois et réglementations concernées.

Quant à votre question sur la vaccination en Chine, je vous propose de vous renseigner auprès des autorités compétentes.

AFP : Hier, plusieurs organisations musulmanes américaines ont appelé l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à s'opposer au traitement des Ouïgours au Xinjiang par la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Récemment, nous avons présenté à plusieurs reprises la position de la Chine sur les questions liées au Xinjiang. J'ai également présenté ici il y a quelques jours les fausses informations que certaines personnes avaient diffusées sur les questions liées au Xinjiang. Comme nous l'avons clairement indiqué à maintes reprises, les droits de l'homme de tous les groupes ethniques du Xinjiang sont pleinement garantis conformément à la loi, et le Xinjiang a réalisé des progrès positifs en matière de développement économique et social. Les préjugés et les diffamations de certaines organisations sur cette question n'ont aucun fondement.

La position de la Chine sur les questions liées au Xinjiang bénéficie de la compréhension et du soutien de nombreuses personnalités clairvoyantes dans la communauté internationale et de la plupart des pays du monde. Je vous donne un exemple : dans le Débat général de cette année de la Troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, quelque 50 États se sont prononcés conjointement pour soutenir la position du gouvernement chinois sur les questions liées au Xinjiang. C'est une réponse puissante à ceux qui sont partiaux envers la Chine et ont diffamé avec intention vicieuse la Chine sur les questions liées au Xinjiang.

Global Times : Hier, en citant le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo, le Département d'État des États-Unis a publié plusieurs tweets selon lesquels le Parti communiste chinois (PCC) convoitait ce que les États-Unis possédaient et voulait tout consacrer pour l'obtenir. Le Département d'État américain a également déclaré que le PCC constituait une menace pour les États-Unis et le monde à divers égards, et a exhorté la Chine à se conformer aux exigences des États-Unis envers les autres pays pour participer aux affaires internationales. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les propos concernés de Pompeo n'ont aucun fondement, et sont pleins d'arrogance et de préjugés.

Les Chinois connaissent une vérité simple : le bonheur n'est garanti que par les efforts. Autrefois pauvre et dénuée, la Chine nouvelle s'est développée en deuxième économie mondiale grâce au travail acharné de tous les Chinois. Nous sommes déterminés à développer une coopération amicale avec d'autres pays sur la base de l'égalité et des avantages mutuels, mais nous ne comptons jamais sur l'« aumône » ou la « charité » d'autrui pour nous enrichir, sans parler d'être fiers des « mensonges, tromperies et vols » comme le font certaines personnes.

Le monde est diversifié, il importe de respecter la démocratie et la primauté du droit. Les relations entre États doivent suivre la Charte des Nations Unies et d'autres normes fondamentales régissant les relations internationales, au lieu de se soumettre aux critères d'un quelconque pays. Se prenant pour le chef du monde, les personnes concernées des États-Unis exigent que les autres pays agissent selon les demandes américaines et leur donnent arbitrairement des ordres. Ceci fait un fort contraste avec la « démocratie » et la « liberté » qu'elles ne cessent de répéter.

Quant à la prétendue « menace chinoise » prêchée par Pompeo, je voudrais vous citer quelques faits. Premièrement, au cours des plus de 240 ans depuis la fondation des États-Unis, seulement 16 ans se sont achevés sans guerre, alors que la Chine nouvelle n'a lancé aucune guerre sur sa propre initiative depuis sa fondation. Deuxièmement, les États-Unis imposent toujours arbitrairement leur intimidation unilatérale à d'autres pays et s'immiscent sans scrupule dans les affaires intérieures d'autrui, tandis que la Chine adhère depuis toujours au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui et s'oppose à l'application arbitraire des sanctions unilatérales et de la juridiction extraterritoriale contre d'autres nations. Troisièmement, les États-Unis mènent des programmes de surveillance à grande échelle comme le Prism, mais la Chine n'a jamais eu un tel antécédent. Quatrièmement, les États-Unis ne se sont pas engagés inconditionnellement à ne pas employer ni menacer d'employer d'armes nucléaires contre des États qui n'en sont pas dotés ou contre des zones exemptes d'armes nucléaires, et la Chine est le seul État doté d'armes nucléaires à avoir fait une telle promesse.

J'ai remarqué que, selon de récents sondages d'opinion aux États-Unis, la plupart des Américains soutiennent la coopération sino-américaine mais non leur confrontation. Nous exhortons une fois de plus les personnes concernées aux États-Unis à sortir du monde illusoire de la prétendue « théorie de la menace chinoise », à écouter la voix rationnelle du peuple américain, à reconnaître la tendance du monde actuel, et à faire plus des choses concrètes en faveur des deux pays et du monde.

Reuters : La partie chinoise peut-elle présenter l'état d'avancement des négociations sur l'Accord d'investissement Chine-UE ? Cet accord sera-t-il signé fin 2020 comme prévu ?

Wang Wenbin : Depuis le début de l'année, la Chine et l'Union européenne (UE) ont tenu 10 cycles de négociations sur l'Accord d'investissement Chine-UE malgré les impacts de la COVID-19 et ont réalisé des progrès importants. Actuellement, les négociations sont entrées dans la phase finale. Nous sommes convaincus que les objectifs de négociations fixés par les dirigeants des deux parties seront réalisés si les deux parties prennent en considération les préoccupations de part et d'autre et s'engagent à aller dans le même sens.

Prasar Bharati : Selon des reportages, la Chine et l'Inde tiennent aujourd'hui la 20e réunion du mécanisme de travail pour la consultation et la coordination des affaires frontalières entre la Chine et l'Inde. La dernière réunion s'est tenue en septembre dernier et l'intervalle entre les deux réunions a été relativement long. Quelles sont les attentes de la Chine pour cette réunion ? Pourriez-vous nous présenter plus de détails ?

Wang Wenbin : Comme vous l'avez dit, la 20e réunion du mécanisme de travail pour la consultation et la coordination des affaires frontalières entre la Chine et l'Inde est en train d'avoir lieu. Nous publierons les informations concernées en temps opportun et veuillez continuer de nous suivre.

Reuters : Le Secrétaire à l'Énergie des États-Unis a signé un décret interdisant aux fournisseurs d'installations clés de défense d'importer des pièces détachées de la Chine, afin de protéger la sécurité nationale américaine contre les cyberattaques. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine s'oppose fermement à ce que la partie américaine calomnie et déshonore sans fondement la Chine et réprime de manière flagrante des entreprises chinoises sous prétexte de la prétendue sécurité nationale alors qu'elle n'a aucune preuve solide à fournir. Les pratiques concernées des États-Unis ont gravement violé le principe de concurrence sur le marché et les règles du commerce international dont ils se sont toujours vantés, perturbé les chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales, et nuiront aux intérêts et à l'image des États-Unis.

Nous exhortons les États-Unis à mettre fin à leur pratique erronée consistant à politiser les questions économiques et commerciales et à l'abus du concept de sécurité nationale pour réprimer des entreprises étrangères, afin de fournir un environnement ouvert, équitable et non discriminatoire pour la coopération économique et commerciale sino-américaine.

Suggest To A Friend:   
Print