Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 15 janvier 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021/01/15

CCTV : Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi vient de terminer sa visite au Brunéi Darussalam, troisième étape de sa visite en Asie du Sud-Est. Pourriez-vous présenter des informations sur cette visite ?

Zhao Lijian : Au cours de sa visite, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le Sultan du Brunéi Darussalam Haji Hassanal Bolkiah, s'est entretenu avec le deuxième Ministre brunéien des Affaires étrangères Dato Erywan Pehin Yusof et le Ministre au Cabinet du Premier Ministre et deuxième Ministre des Finances et de l'Économie du Brunéi Darussalam Dr. Awang Haji Mohd Amin Liew bin Abdullah et a tenu une conférence de presse conjointe avec eux. Ils ont coprésidé la deuxième réunion du Comité directeur conjoint intergouvernemental Chine-Brunéi Darussalam. M. Wang a également rencontré le Secrétaire général de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) Lim Jock Hoi. La Chine et le Brunéi Darussalam ont annoncé le lancement d'un groupe de travail sur la coopération énergétique dans le cadre du Comité directeur conjoint intergouvernemental Chine-Brunéi Darussalam, et ont déclaré qu'elles maintiendraient la communication sur la mise en place rapide d'un groupe de travail sur la coopération maritime pour promouvoir conjointement la coopération dans les domaines concernés.

Cette année marque le 30e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Brunéi Darussalam et de l'établissement du partenariat de dialogue Chine-ASEAN, qui coïncide avec la présidence brunéienne de l'ASEAN. La Chine entend travailler avec le Brunéi Darussalam à profiter de l'occasion de ce « double 30e anniversaire » pour aligner activement les Objectifs à long terme à l'horizon 2035 de la partie chinoise sur la vision brunéienne « Wawasan 2035 », se concentrer sur les deux grands thèmes que sont la lutte contre l'épidémie et le développement, planifier la coopération aux niveaux bilatéral et multilatéral et prendre la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » comme guide pour promouvoir l'amélioration de la qualité et la montée en gamme de la coopération dans divers domaines et apporter un plus grand bénéfice aux peuples des deux pays et de la région. La Chine soutient le Brunéi Darussalam dans sa prise de la présidence tournante de l'ASEAN, et espère travailler dur avec la partie brunéienne pour rehausser les relations Chine-ASEAN, promouvoir une mise en œuvre rapide du Partenariat économique régional global (RCEP), construire une communauté de cybersécurité Chine-ASEAN, élever le niveau de la coopération en matière de santé publique et établir un partenariat sur l'économie bleue.

Hubei TV : Selon des reportages, deux membres de l'équipe d'experts internationaux de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) n'ont pas pu monter à bord de l'avion pour la Chine parce qu'ils avaient des tests d'anticorps positifs, mais leurs tests d'acide nucléique n'étaient pas positifs. Pourriez-vous éclairer la politique de la Chine en matière d'entrée des étrangers ? Se base-t-elle uniquement sur les résultats des tests d'acide nucléique, ou bien aussi sur ceux des tests d'anticorps ? Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Hier, beaucoup se sont également intéressés à cette question. Après des consultations entre les deux parties, la Chine a accepté l'arrivée d'une équipe d'experts de l'OMS en Chine le 14 janvier pour la coopération scientifique sur le traçage de l'origine de la COVID-19 avec les scientifiques chinois. Hier à midi, 13 membres de l'équipe d'experts internationaux sont arrivés à Wuhan et se sont logés dans un hôtel de quarantaine.

Les exigences de la Chine en matière de tests avant le départ ont été définies selon la situation actuelle de l'épidémie dans le monde et en s'inspirant de la pratique d'autres pays, dont l'objectif est de faciliter la mobilité humaine ordonnée entre la Chine et l'étranger tout en garantissant la prévention de l'épidémie. Il s'agit non seulement de préserver les résultats durement acquis de la lutte contre l'épidémie dans le pays, mais aussi de minimiser le risque d'infection croisée sur le chemin des personnes partant pour la Chine et de protéger la santé et la sécurité de chacun. En novembre dernier, la Chine a publié la Notice relative à l'obligation de présenter des résultats négatifs au test virologique et au test sérologique de la COVID-19 pour les voyageurs désirant se rendre en Chine par avion, dont la version intégrale est disponible sur les sites Web des ambassades de Chine à l'étranger. La Chine respectera strictement les règles et exigences en matière de prévention de l'épidémie et apportera des soutiens et facilités aux experts de l'OMS venus en Chine pour la coopération internationale sur le traçage de l'origine du virus.

Je me suis également renseigné auprès des autorités compétentes. Sur les 15 membres de l'équipe de l'OMS, deux experts ont été testés positifs au test d'anticorps IgM lors de leur transit à l'aéroport de Singapour. Conformément aux règles de prévention, tous les passagers, chinois et étrangers, qui prennent les vols depuis Singapour vers la Chine doivent passer des tests virologique et sérologique dans les deux jours précédant l'embarquement, et demander ensuite un QR code vert de santé avec une marque « HS » ou une déclaration de santé, sur la base des résultats négatifs des deux tests susmentionnés, autrement dit un résultat doublement négatif. Pour soutenir le travail de l'OMS, la Chine a accepté une deuxième série de tests d'anticorps IgM pour les experts concernés. L'un d'entre eux a été testé négatif, et nous avons accepté sa venue en Chine. Mais l'autre a toujours été testé positif. Nous resterons en contact avec l'OMS sur les questions concernées et ferons des efforts conjoints pour la coopération en matière de recherche sur les origines de l'épidémie.

Bloomberg : L'administration Trump a mis les entreprises telles que Xiaomi, China National Offshore Oil Corporation (CNOOC) et Commercial Aircraft Corporation of China Ltd (COMAC) sur une liste noire pour leurs « liens avec l'armée ». Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : L'administration Trump a abusé le concept de sécurité nationale et le pouvoir d'État pour réprimer à plusieurs reprises et de façon injustifiée les entreprises chinoises. La Chine s'y oppose fermement. Les actes concernés de la partie américaine vont à l'encontre du courant historique, violent le principe de concurrence sur le marché et les règles du commerce international dont elle se targue depuis tout le temps, perturbent la coopération économique, commerciale et d'investissement normale entre les deux pays, nuisent à la confiance des entreprises étrangères dans leurs investissements aux États-Unis, et compromettront, en fin de compte, les intérêts des entreprises et des investisseurs américains. C'est un exemple de plus qui montre que certains aux États-Unis « nuisent autant aux autres qu'à eux-mêmes ».

La politique américaine de l'intégration militaro-civile a une longue histoire, voire est plus ancienne que la Première Guerre mondiale. L'administration américaine joue toujours un rôle de moteur principal dans la politique d'intégration militaro-civile, et elle est en train d'accélérer la mise en œuvre de l'intégration militaro-civile sur tous les plans et dans un grand nombre de domaines. De nombreuses grandes entreprises multinationales américaines sont elles-mêmes des « entités d'intégration militaro-civile », et leurs activités et produits couvrent les domaines militaire et civil. Les mesures susmentionnées prises par l'administration Trump ont une fois de plus démontré au monde ce qu'était l'unilatéralisme, ce qu'était le « deux poids deux mesures » et ce qu'était l'intimidation.

La Chine prendra des mesures nécessaires pour sauvegarder résolument les droits et intérêts légitimes et légaux des entreprises chinoises et les soutenir fermement dans la défense de leurs propres droits et intérêts conformément à la loi.

Agence de presse Xinhua : Selon les données publiées hier par l'Administration générale des douanes de la Chine, en 2020, la valeur totale des importations et des exportations de la Chine a dépassé 32 000 milliards de yuans, soit une croissance de 1,9% par rapport à 2019. La Chine est devenue la seule grande économie du monde à avoir enregistré une croissance positive du commerce des marchandises. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : En 2020, dans un contexte où la croissance économique mondiale et le commerce international ont été frappés par la pandémie de COVID-19, les importations et les exportations de la Chine se sont stabilisées rapidement et se sont améliorées de façon continue, faisant preuve d'une forte résilience et d'une compétitivité globale. À partir de juin 2020, le commerce extérieur de la Chine a connu une croissance positive pendant sept mois consécutifs, devenant ainsi la seule grande économie au niveau mondial à avoir enregistré une croissance positive du commerce des marchandises. Selon les données publiées par l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) et d'autres pays, au cours des dix premiers mois de 2020, les poids des importations-exportations, des exportations et des importations de la Chine ont respectivement atteint 12,8%, 14,2% et 11,5% du total mondial, battant les records historiques dans toutes les trois dimensions. Ces chiffres montrent pleinement que la Chine a jugulé l'épidémie et réalisé en premier la reprise du travail et de la production, ce qui non seulement favorise le développement du commerce international, mais aussi aide les pays à lutter contre la COVID-19, à maintenir la stabilité de la chaîne d'approvisionnement mondiale et à promouvoir la reprise de l'économie mondiale.

Le développement et l'ouverture de la Chine ne s'arrêteront pas. La Chine continuera d'améliorer sur tous les plans le niveau de son ouverture sur le monde extérieur afin de construire une nouvelle dynamique de développement où le circuit domestique est le pilier principal et que le circuit domestique et le circuit international se renforcent mutuellement. Cela offrira à tous les pays un vaste marché et des opportunités de développement, et favorisera la reprise et la croissance de l'économie mondiale. Nous sommes également prêts à travailler avec tous les pays pour promouvoir la normalisation de la coopération économique et commerciale.

Kyodo News : Premièrement, lors de ses récentes visites à l'étranger, le Conseiller d'État Wang Yi a déclaré plusieurs fois et à plusieurs pays que l'assistance et la coopération de vaccins seraient mises en œuvre. Par rapport aux vaccins américains ou britanniques, quels sont les avantages des vaccins chinois en matière de production, de stockage et de transport lorsqu'ils seront exportés vers un pays tiers ? Deuxièmement, selon des reportages, l'organisation « Human Rights Watch » a récemment publié un rapport, dans lequel avaient été mentionnés quelques citoyens chinois ayant relaté l'épidémie à Wuhan dans les premiers jours depuis son apparition. La Chine a-t-elle plus d'informations à fournir ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, à ma connaissance, des vaccins chinois ne demandent pas le système de chaîne du froid avec une température ultra-basse pour se faire transporter et stocker. Les vaccins chinois ont également de très bonnes efficacité et sûreté. Pour la grande majorité des pays, en particulier les pays en développement, les vaccins chinois présentent des atouts. Pour plus de détails, vous pourrez vous renseigner auprès des autorités compétentes et des entreprises concernées.

La vaccination est la plus puissante arme pour contrôler la pandémie. Le gouvernement chinois attache une grande importance à la recherche et au développement (R&D) de vaccins contre la COVID-19, et a demandé aux départements gouvernementaux, aux entreprises de vaccins, aux institutions de recherche et aux établissements de santé concernés de donner la priorité au peuple et à la vie, de faire de la sûreté des vaccins le premier principe à respecter, d'assurer efficacement la qualité des vaccins et de faire progresser de manière coordonnée la R&D de vaccins et le soutien médical de la vaccination. À l'heure actuelle, 14 vaccins chinois sont entrés dans la phase d'essai clinique, dont cinq sont entrés dans la phase III. Tous ces vaccins se sont avérés sûrs par des tests sur animaux, des essais cliniques de phases I, II et III. Les résultats de certaines études ont été publiés dans des revues internationales de qualité et ont été hautement reconnus par l'OMS et les pays concernés. Nous nous sommes déjà engagés solennellement à faire des vaccins un bien public mondial dès qu'ils sont développés et mis en service pour apporter une contribution chinoise à l'accessibilité et à l'abordabilité des vaccins dans les pays en développement. Le mécanisme interministériel du Conseil des Affaires d'État pour la prévention et le contrôle de l'épidémie a organisé plusieurs conférences de presse au sujet de la vaccination des groupes prioritaires pour présenter en détail les informations concernées. Si cela vous intéresse, vous pourrez les consulter.

Pour votre deuxième question, la soi-disant organisation des droits de l'homme que vous avez mentionnée est depuis toujours partiale et est imbue de préjugés idéologiques. Ses propos ne méritent aucune réfutation. Quant aux cas particuliers dont vous parliez, je ne suis pas au courant des informations concernées.

China Daily : Récemment, le Conseil d'affaires États-Unis-Chine a publié un rapport indiquant que les États-Unis bénéficiaient depuis longtemps du commerce entre les États-Unis et la Chine, les exportations vers la Chine ayant créé 1,2 million d'emplois aux États-Unis en 2019. Selon ce rapport, la guerre commerciale contre la Chine, au lieu de relancer l'économie américaine, a entraîné un ralentissement de la croissance et la perte de 245 000 emplois au maximum aux États-Unis. Le rapport a appelé les décideurs des politiques à réduire les droits de douane sur les produits chinois afin de stimuler la croissance économique et l'emploi aux États-Unis. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons également remarqué le rapport concerné. Le contenu concerné illustre parfaitement que les relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis sont par nature mutuellement avantageuses. La guerre commerciale lancée par l'administration Trump contre la Chine ne résoudra pas les problèmes des États-Unis et ne fera que nuire à autrui autant qu'à eux-mêmes. Nous espérons que les États-Unis écouteront attentivement la voix rationnelle chez eux, iront dans le même sens que la Chine et créeront une atmosphère favorable au développement sain de la coopération économique et commerciale Chine-États-Unis, afin de mieux promouvoir le bien-être des deux peuples.

China Review News : Selon des reportages, le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis a publié un plan d'action stratégique le 13 janvier, déclarant qu'il contrerait la menace posée par la Chine aux États-Unis sur quatre aspects : la sécurité aux frontières et l'immigration, la sécurité commerciale et économique, la cybersécurité et les infrastructures clés, et la sécurité maritime. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Ce document publié par le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis a fait du tapage autour de la prétendue « menace chinoise ». Il s'agit d'un autre « amalgame de mensonges » honteux concocté par l'actuelle administration américaine et d'un autre plan d'action typique basé sur des mensonges. Il a pleinement révélé la mentalité malsaine imbue de peur et d'inquiétude extrêmes des forces antichinoises aux États-Unis face au développement de la Chine.

Je tiens à réitérer que la Chine s'engage inébranlablement dans la voie du développement pacifique, qu'elle poursuit la stratégie d'ouverture marquée par les bénéfices mutuels et le gagnant-gagnant, et qu'elle est depuis toujours pays bâtisseur de la paix mondiale, contributeur au développement mondial et défenseur de l'ordre international. Alors que certains politiciens américains continuent de salir et de discréditer la Chine, je voudrais leur demander : qui s'est ingéré fréquemment et ouvertement dans les affaires intérieures d'autrui ? Qui a abusé de la sécurité nationale et du pouvoir d'État pour réprimer de manière déraisonnable les entreprises d'autres pays ? Qui a mené des opérations de mise sur écoute, d'espionnage et de cyber-attaque à grande échelle et sans discrimination contre d'autres pays, y compris ses alliés ? Qui est le véritable « Empire de hackers » et « Empire de mise sur écoute » ? Qui a fréquemment envoyé des avions militaires et des navires de guerre en Mer de Chine méridionale pour faire étalage de sa puissance, semer des troubles et s'attendre à un chaos total ? La communauté internationale a un jugement juste à cet égard.

La partie américaine doit cesser de fabriquer et de vendre des mensonges, arrêter de concocter et de diffuser des virus et des mensonges politiques, et mettre fin à toutes sortes d'opérations nuisant aux intérêts de la Chine. La Chine continuera d'apporter des réponses légitimes et nécessaires aux paroles et aux actes erronés des États-Unis, et de protéger fermement sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts en matière de développement.

Reuters : Selon des reportages, la Chine envisage d'autoriser le dédouanement d'une partie du charbon australien bloqué dans ses ports, et le charbon australien arrivé avant l'interdiction obtiendrait cette autorisation. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je ne suis pas au courant de la situation dont vous parliez. La Chine a déjà fait part à plusieurs reprises de sa position sur la question des exportations du charbon australien vers la Chine. Conformément aux lois et règlements, la Chine a renforcé le contrôle en matière de qualité et de sécurité ainsi que l'examen des critères environnementaux à l'égard du charbon importé, afin de mieux protéger les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises et la sécurité environnementale. Les mesures concernées sont conformes aux lois et règlements chinois ainsi qu'aux pratiques internationales. Elles constituent également un acte responsable pour les industries et les consommateurs chinois et ne visent aucun pays ou produit spécifique.

PTI : Pourriez-vous fournir les noms et nationalités de tous les experts de l'équipe de l'OMS en Chine ? De plus, concernant la politique de la Chine en matière de fourniture de vaccins à l'étranger, y compris l'engagement de les fournir aux divers pays en tant que bien public mondial, nous savons que les vaccins sont donnés gratuitement aux citoyens chinois. Alors, pour les pays en développement, la Chine les fournira-t-elle gratuitement ou à un prix préférentiel ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne la première question, je vous propose de vous renseigner auprès de l'OMS ou des départements compétents chinois.

Sur la deuxième question, la Chine a annoncé à plusieurs reprises que les vaccins chinois, une fois mis au point et mis sur le marché, seraient fournis, en tant que bien public mondial, aux pays en développement en priorité. La Chine honorera ses engagements.

Reuters : La Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC), une agence administrative du Congrès des États-Unis, a déclaré que selon de nouvelles preuves depuis l'année dernière, des crimes contre l'humanité et peut-être un génocide avaient été commis au Xinjiang. Quelle est la réponse du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Ces derniers jours, j'ai déjà présenté à plusieurs reprises la réalité au Xinjiang et réfuté toutes sortes de rumeurs sur le Xinjiang. La soi-disant « commission » que vous avez mentionnée voit toujours des choses d'un œil déformé, fabrique toutes sortes de fausses informations et lance des accusations infondées contre la Chine. Leurs paroles ne méritent aucune réponse.

South China Morning Post : Premièrement, selon une déclaration faite le 14 janvier par le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo, la partie américaine imposera des restrictions de visa à des dirigeants d'entreprises d'État et des officiers militaires chinois liés à la construction insulaire en Mer de Chine méridionale. Quelle est votre réponse là-dessus ? Deuxièmement, un procureur américain a annoncé qu'un professeur du Massachusetts Institute of Technology (MIT) Chen Gang avait été arrêté jeudi et faisait face à des accusations criminelles pour avoir dissimulé le fait qu'il avait travaillé pour le gouvernement chinois pendant ses études sur la nanotechnologie financées par le gouvernement américain. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, les actes américains violent le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, constituent une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine, et relèvent purement de l'hégémonisme. Nous sommes vendredi, je ne veux pas perdre mon temps à réfuter ce Secrétaire d'État américain, qui est le plus grand diffuseur de fausses informations.

Concernant votre deuxième question, je ne suis pas au courant de cette situation que vous avez mentionnée. Je voudrais réitérer que le gouvernement chinois demande depuis toujours que la coopération et les échanges de talents soient établis sur la base du respect de la loi, de l'intégrité scientifique et de la déontologie. Il n'y a pas de différence essentielle entre les mesures et les politiques concernées de la Chine et les pratiques courantes des autres pays. Certains départements américains doivent traiter les cas concernés de manière professionnelle et juste, mettre fin à la manipulation politique, cesser de stigmatiser les programmes chinois de recrutement de talents, et arrêter de déranger et de compromettre les échanges et la coopération normaux entre la Chine et les États-Unis dans les domaines scientifique, technologique, humain et culturel.

Prasar Bhrati : À propos de la coopération vaccinale avec les pays en développement, dans une conférence de presse précédente du Ministère des Affaires étrangères, il a été mentionné que la partie chinoise fournirait des vaccins aux pays en développement. Compte tenu de l'adhésion de la Chine au mécanisme COVAX, d'après ma compréhension, les pays membres du mécanisme COVAX fourniront des vaccins à un prix préférentiel ou à travers une aide. La politique chinoise à cet égard sera-t-elle différente de celle du mécanisme COVAX ?

Zhao Lijian : La Chine a présenté sa position concernée maintes fois. La Chine a officiellement adhéré au mécanisme COVAX. Nous soutenons les entreprises chinoises de recherche et de développement de vaccins dans leurs efforts visant à participer au mécanisme COVAX et à fournir des vaccins aux pays en développement en coopération avec les initiateurs concernés et y accordons une assistance active depuis toujours.

Global Times : L'administration américaine a récemment déclassifié un document sur la « stratégie indo-pacifique » du pays, selon lequel les États-Unis comptaient empêcher la Chine d'établir une sphère d'influence dans la région indo-pacifique et de désunir les alliés et partenaires des États-Unis, réduire la dépendance économique des pays de la région vis-à-vis de la Chine, remplacer « la Ceinture et la Route », et coopérer avec l'Inde et d'autres pays pour contrebalancer la Chine et résister aux actions chinoises qui portent atteinte à la souveraineté et à la sécurité des autres pays. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J'ai énoncé il y a quelques jours la position solennelle de la Chine sur ce document publié par les États-Unis, en soulignant que ce document avait commis de graves erreurs. Les propos concernés dans ce document sont très absurdes et ont pleinement mis au jour la tentative de l'administration Trump de dénigrer et de contenir la Chine ainsi que de saper la paix et la stabilité régionales en se servant de la soi-disant « stratégie indo-pacifique ».

En développant ses relations avec les pays voisins, la Chine s'attache depuis toujours aux relations d'amitié et de bon voisinage, au respect mutuel et au traitement d'égal à égal, et s'engage à construire un nouveau type de relations internationales et une communauté d'avenir partagé pour l'humanité. La Chine ne cherche jamais à construire une sphère d'influence ni à regrouper des alliés pour créer de « petits clans » comme les États-Unis. Certains politiciens américains font des accusations contre la Chine en mesurant les autres à leur aune, ce qui devient leur propre « miroir ». Les États-Unis poursuivent l'affrontement des blocs et les mentalités de guerre froide et de jeu à somme nulle. Cela est à l'encontre du courant de l'époque en violant la volonté commune des pays de la région, ce qui est destiné à être rejeté.

La Chine reste toujours fidèle à l'ouverture, à l'inclusivité et à la coopération gagnant-gagnant, et s'applique à travailler avec les pays voisins pour promouvoir un développement commun de la région. L'Asie est un pôle du développement économique mondial. Si les pays asiatiques ont bien réussi dans la lutte contre la pandémie et la reprise économique, c'est grâce à leur soutien mutuel et à leur étroite coopération. L'initiative « la Ceinture et la Route » respecte le principe dit « concertation, synergie, et partage » et constitue un bien public très bien accueilli par les pays de la région. La signature du RCEP montre la ferme volonté des pays asiatiques d'approfondir leur coopération. Certains politiciens aux États-Unis s'obstinent à « construire des murs », à « découpler » et à « couper les chaînes » dans la région contrairement aux règles économiques et à la volonté du peuple, ce qui constitue définitivement une voie sans issue.

La Chine poursuit sans relâche la voie d'un développement pacifique et est résolue à travailler avec les pays de la région pour résoudre les problèmes et les divergences via des consultations amicales, maintenir la paix et la stabilité et promouvoir la sécurité commune. Pour servir des intérêts égoïstes, l'administration Trump sème la discorde parmi les autres pays, crée et exacerbe des problèmes, et s'attend à un chaos total. Elle est l'initiatrice qui mine la souveraineté et la sécurité des pays de la région et sape la paix et la stabilité régionales. Nous sommes convaincus que les pays de la région feront des décisions judicieuses, et se garderont de se laisser berner par certains politiciens américains et de braver les graves menaces pour eux.

En tant que pays d'Asie-Pacifique, la Chine et les États-Unis partagent de larges intérêts communs dans cette région et ont la responsabilité de promouvoir conjointement la stabilité et la prospérité régionales. Nous espérons que les États-Unis reviendront à la raison, rejetteront les idées dépassées, adopteront une vision objective sur le développement de la Chine, respecteront effectivement les intérêts et les aspirations des pays de la région et joueront un rôle constructif dans le développement pacifique régional.

Suggest To A Friend:   
Print