Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 19 janvier 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2021/01/19

Sur l'invitation du fondateur et du Président exécutif du Forum économique mondial (FEM) Klaus Schwab, le Président Xi Jinping participera le 25 janvier à Beijing par liaison vidéo au dialogue de l'Agenda de Davos du FEM et y donnera une allocution spéciale.

CCTV : Vous venez d'annoncer la participation du Président Xi Jinping au dialogue de l'Agenda de Davos du FEM. Quelles sont les attentes de la Chine à ce dialogue et quels sont les messages qu'elle enverra ?

Hua Chunying : En janvier 2017, le Président Xi Jinping a participé pour la première fois à la réunion annuelle du FEM, et a prononcé un discours intitulé Partager la responsabilité du temps et promouvoir le développement mondial lors de la session d'ouverture. Dans son discours, M. Xi a présenté systématiquement les vues et propositions de la Chine sur la mondialisation économique et a fait entendre la voix forte du temps en matière de soutien à la mondialisation économique, suscitant un fort retentissement dans la communauté internationale. Beaucoup se souviennent toujours des points remarquables du discours, par exemple : « que cela nous plaise ou non, l'économie mondiale est un vaste océan auquel nul ne peut échapper », et « rechercher l'objectif du protectionnisme revient à s'enfermer tout seul dans une pièce aveugle ». Ce discours du Président Xi a marqué un jalon.

La communauté internationale est généralement d'avis que la situation actuelle ressemble à celle au début de 2017. La pandémie de COVID-19 continue de se propager à l'échelle mondiale, l'économie mondiale est plongée dans une récession profonde, les défis mondiaux émergent l'un après l'autre, et l'humanité se trouve une fois de plus à une croisée de chemins. Nous espérons, et en avons la confiance, que ce dialogue permettra de fédérer les esprits internationaux, de reconstruire la confiance mutuelle mondiale, de redresser la coopération mondiale et de contribuer, par la sagesse et l'action, à résoudre les problèmes planétaires et urgents auxquels fait face la communauté internationale.

La participation à l'événement du Président Xi Jinping et son discours spécial prononcé à cette occasion auront des portées importantes dans la situation actuelle. La Chine s'engage depuis toujours à préserver et à pratiquer le multilatéralisme, à promouvoir la construction d'une économie mondiale ouverte, à faire évoluer la mondialisation économique vers un développement plus ouvert, inclusif, équilibré, bénéfique à tous et gagnant-gagnant et à faire progresser la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité. Dans le contexte pandémique actuel, la Chine continuera de contribuer, pas sa sagesse et ses actions, à la coopération antiépidémique mondiale, à la reprise économique mondiale, à la réponse aux défis mondiaux et à la perfection de la gouvernance mondiale.

Hubei TV : Selon les données officielles sur la performance économique nationale en 2020 qui sont publiées hier par la Chine, le produit intérieur brut (PIB) chinois a dépassé le seuil historique des 100 000 milliards de yuans. Nous avons remarqué que la plupart des médias étrangers avaient fait des commentaires positifs à cet égard, alors que certains médias étrangers avaient déclaré que la croissance du PIB de la Chine en 2020 n'était que de 2,3%, soit la plus faible du pays depuis plus de 40 ans. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Hua Chunying : Hier, le Bureau national des statistiques (BNS) a publié les données sur la performance économique nationale de la Chine en 2020, selon lesquelles le PIB de la Chine a dépassé le seuil historique des 100 000 milliards de yuans. C'est une grande nouvelle, et elle a attiré une large attention des médias tant en Chine qu'à l'étranger. J'ai noté que les principaux médias internationaux dont Reuters et Associated Press (AP) portaient leur attention sur le fait que, dans un monde actuellement confronté à une propagation accrue de la pandémie de la COVID-19 et sombrant dans la pire récession économique depuis la Seconde Guerre mondiale, l'économie chinoise s'est rapidement redressée et a connu une forte croissance, ce qui a permis à la Chine de devenir la seule économie majeure au monde à enregistrer une croissance positive l'année dernière, dont le taux de croissance a également dépassé les attentes de nombreuses institutions spécialisées.

Ce résultat a été durement acquis. Comme vous l'avez témoigné, en 2020, sous la direction ferme du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) ayant en son centre le camarade Xi Jinping, toute la nation chinoise s'est unie et a travaillé avec acharnement pour faire de la Chine l'un des premiers pays à réussir à prévenir et à contrôler l'épidémie, à reprendre le travail et la production et à faire passer à son économie d'une croissance négative à une croissance positive. Que ce soit dans les chantiers en pleine activité, dans les quartiers vivement animés ou dans les rues florissantes sous les lumières de la ville, les amis étrangers en Chine peuvent également ressentir la magnifique courbe en « V » dessinée par l'économie chinoise. Le volume de l'économie chinoise a non seulement dépassé le seuil historique des 100 000 milliards de yuans, mais également vu sa part dans l'économie mondiale passer de 16,3% en 2019 à environ 17% en 2020. En Chine, la production alimentaire a atteint un nouveau record, la production industrielle a continué de progresser, le volume total du commerce a augmenté contre la tendance générale baissière, les services modernes ont pris un nouveau départ, la montée en gamme de la consommation s'est accélérée, l'investissement intérieur a rebondi à pas réguliers, la performance de l'emploi a largement dépassé les objectifs fixés, le niveau des prix est resté stable et les revenus de la population ont enregistré une augmentation satisfaisante. Nous pouvons dire que tant en termes de qualité que de quantité, tant dans le cadre global que local, tant en ampleur qu'en profondeur, l'économie chinoise est en train de devenir un chef de file avec un poids plus lourd et une valeur plus élevée dans l'économie mondiale.

Une fleur ne fait pas le printemps. Cent fleurs en plein épanouissement font respirer le printemps partout. La Chine ne peut se développer sans le reste du monde, et le développement de la Chine apportera davantage de contribution au monde. L'économie chinoise qui maintient sa dynamique de croissance profitera non seulement à la Chine mais aussi au monde entier. Comme vous l'avez constaté, la Chine a non seulement contribué à la croissance économique, mais également fourni aux pays du monde une variété de matériaux de première nécessité pour lutter contre la pandémie, et joué un rôle agissant dans le maintien de la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales. Selon les prévisions de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiées en décembre 2020, plus d'un tiers de la croissance mondiale en 2021 sera réalisée grâce à la contribution chinoise. Actuellement, la Chine accélère la construction d'une nouvelle dynamique de développement, dans le cadre de laquelle le potentiel du marché chinois sera pleinement stimulé, l'ouverture de la Chine s'élargira davantage et la coopération avec l'extérieur de la Chine continuera à s'approfondir. Nous sommes convaincus que la croissance soutenue de l'économie chinoise créera une plus grande demande pour le monde, fera partager plus d'opportunités de développement avec le monde, et permettra de réaliser davantage de bénéfices mutuels avec les autres pays du monde.

À l'heure actuelle, bien que l'impact négatif de la pandémie sur l'économie mondiale continue à se faire sentir, que la montée de l'unilatéralisme et du protectionnisme persiste et que les chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales continuent d'être frappées, nous sommes convaincus que la tendance générale de la mondialisation économique est irréversible et que l'ouverture et la coopération restent la tendance de l'époque. Tant que tous les pays se donnent la main et coopèrent solidairement pour soutenir conjointement le multilatéralisme et le libre-échange, favoriser l'amélioration d'un système de gouvernance économique mondiale plus juste et plus raisonnable, et construire activement une économie mondiale ouverte, l'économie mondiale pourra certainement renaître et se doter d'une nouvelle vitalité. La Chine sera comme toujours bâtisseur de la paix mondiale, contributeur au développement dans le monde et défenseur de l'ordre international, et fera des efforts inlassables pour la paix et le développement dans le monde.

Beijing Daily : Lors de la conférence de presse annuelle du 18 janvier, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a parlé des relations Russie-Chine et a hautement apprécié, entre autres, les échanges de haut niveau, l'innovation scientifique et technologique, la coopération économique et commerciale, la lutte contre la COVID-19 et la coordination multilatérale, ajoutant que la coordination entre la Russie et la Chine serait sans limite pour toujours. Quelle est la réponse de la Chine à la déclaration du Ministre russe des Affaires étrangères Lavrov ?

Hua Chunying : La Chine apprécie hautement les déclarations positives de M. Lavrov sur les relations entre la Chine et la Russie. En effet, notre solidarité est ferme comme une montagne et notre amitié est indestructible. Au cours de l'année dernière, les relations entre les deux pays ont résisté à l'épreuve de la pandémie et de changements majeurs jamais connus depuis un siècle et ont obtenu de nouveaux résultats remarquables. Le Président Xi Jinping a eu cinq entretiens téléphoniques et de multiples échanges de correspondances avec le Président Vladimir Poutine, ce qui a guidé la montée en gamme continue du partenariat de coordination stratégique global entre la Chine et la Russie pour une nouvelle ère. Les deux pays se sont entraidés pour lutter ensemble contre la COVID-19 et faire progresser la coopération pragmatique dans les domaines de l'économie, du commerce, de l'innovation scientifique et technologique et dans d'autres domaines à contre-courant. Les deux pays se sont opposés ensemble au « virus politique », ont défendu les acquis de la victoire de la Seconde Guerre mondiale ainsi que l'équité et la justice internationales, se sont mutuellement soutenus sur les questions touchant aux intérêts vitaux de chacun et se sont tenus côte à côte sur la voie contre la politique du plus fort. La coordination stratégique entre la Chine et la Russie est devenue une force stabilisatrice importante dans le monde actuel qui est traversé par des bouleversements, et les relations sino-russes sont pourvues d'une importance plus évidente au niveau mondial.

La coopération stratégique entre la Chine et la Russie n'a ni limite ni zone interdite. L'année 2021 revêt une importance toute particulière pour les relations sino-russes, car les deux pays célébreront le 20e anniversaire de la signature du Traité sino-russe de bon voisinage, d'amitié et de coopération. La Chine et la Russie sont convenues de saisir cette occasion pour mettre pleinement en œuvre le consensus atteint par les deux Chefs d'État dans divers domaines, renouveler notre engagement initial et commun en faveur d'une amitié durable et d'une coopération gagnant-gagnant, étendre et approfondir notre coopération sur un point de départ plus élevé, continuer de donner un élan sino-russe à la reprise économique mondiale, construire un pilier sino-russe pour la stabilité stratégique mondiale et mettre en place un rempart solide pour le maintien de la justice et de l'équité internationales.

RCI : Selon des reportages, le 16 janvier, la Commission électorale ougandaise a annoncé les résultats officiels de l'élection présidentielle. Le Président sortant Yoweri Museveni a été réélu avec 58,64% des voix. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : L'Ouganda vient de tenir une nouvelle élection présidentielle et le Président Yoweri Museveni a été réélu. La Chine y exprime ses félicitations. L'Ouganda est un partenaire important de la Chine en Afrique de l'Est, avec qui nous partageons une profonde amitié traditionnelle et des résultats fructueux de coopération pragmatique. Le Président Museveni a apporté une importante contribution au développement des relations entre la Chine et l'Ouganda. Nous sommes convaincus que sous la direction du Président Museveni, l'Ouganda connaîtra de plus grandes réalisations sur la voie de développement et de redressement du pays. Nous espérons que le partenariat de coopération global entre la Chine et l'Ouganda continuera de se développer à un niveau supérieur.

The Paper : Selon des reportages, des membres de l'équipe du Président élu Joe Biden négocient avec l'Iran sur le retour des États-Unis au Plan d'action global commun (PAGC-JCPOA). Israël espère que le plan inclura des conditions supplémentaires. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La question du nucléaire iranien se trouve actuellement à un moment critique. La priorité absolue pour le moment est que toutes les parties doivent accélérer la mise en œuvre du consensus atteint lors de la conférence des Ministres des Affaires étrangères des pays participant au PAGC-JCPOA en décembre dernier et pousser les États-Unis à revenir au PAGC-JCPOA dès que possible et sans condition, à honorer de nouveau leur engagement et à lever toutes les sanctions concernées. Sur cette base, l'Iran devra renouer avec tous ses engagements. Les différentes parties ne doivent imposer aucune autre condition à cet égard. La Chine espère que les parties concernées travailleront avec la communauté internationale pour jouer un rôle constructif dans la remise du PAGC-JCPOA sur les rails et la promotion d'un règlement politique de la question du nucléaire iranien.

NHK : Le Groupe indépendant sur la préparation et la riposte à la pandémie de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un rapport intérimaire le 18 janvier, déclarant que la capacité de l'OMS d'enrayer l'épidémie était insuffisante, et que les autorités sanitaires locales et nationales de la Chine auraient adopté des mesures de santé publique plus robustes en janvier 2020. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : J'ai remarqué ce rapport qui estime que les autorités concernées chinoises auraient mieux fait. Et je me demande si vous avez noté une autre opinion dans ce rapport, c'est que seuls une minorité de pays ont pleinement profité des informations dont ils disposaient pour réagir.

Il est vrai que nous devons nous efforcer pour faire mieux. Cela s'applique non seulement à la Chine, mais aussi aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Japon et à tous les autres pays, car sur des questions comme la santé publique, il y a toujours une marge d'amélioration. L'urgence majeure de la santé publique que nous vivons ne sera pas la dernière de son genre pour l'humanité. Comme l'a dit le Président Xi Jinping il y a longtemps, face aux défaillances et insuffisances révélées par la pandémie, nous devons perfectionner le système de gouvernance de la santé publique et assurer une réaction plus rapide aux urgences de santé publique. Le Président Xi a également proposé de créer des réserves mondiales et régionales de matériels antiépidémiques.

J'ai entendu des médias chinois poser la question suivante : si nous reconnaissons que nous devons faire mieux, cela signifie-t-il que nous avons en réalité mal fait notre travail, comme ce que disent certains médias occidentaux ? Je pense que ce sont deux choses différentes. Si nous reconnaissons qu'il faut faire mieux, c'est parce que nous croyons qu'il y a toujours la possibilité de faire mieux et que nous ne cessons jamais de nous améliorer. Nous n'avons jamais ralenti le pas pour faire des réformes et des perfectionnements sur nous-mêmes, et nous continuons de renforcer nos capacités de gouvernance, ce qui est une raison importante pour laquelle la Chine peut réaliser sans cesse des accomplissements de développement et de progrès. Pourtant, l'interprétation que je viens de citer est partiale et vient d'une manie d'ergoter. Certains sont toujours exigeants envers la Chine, mais en même temps très indulgents envers eux-mêmes.

En ce qui concerne la prévention et le contrôle de l'épidémie, les données et les faits ne mentent pas. La chronologie de la lutte chinoise contre l'épidémie est bien claire et connue de tous. Je ne sais pas si vous avez suivi l'interview récente de l'épidémiologiste en chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies M. Wu Zunyou. Selon lui, du 31 décembre 2019 au 1er janvier 2020, alors qu'il y avait seulement une quarantaine de cas trouvés, il n'a fallu à la Chine que quelques heures pour prendre la décision de fermer le jour du Nouvel An le marché aux fruits de mer de Huanan. Et la Chine n'a utilisé qu'une semaine pour isoler le nouveau coronavirus après la découverte de l'épidémie de COVID-19. C'est une rapidité jamais vue dans l'histoire de la société humaine pour connaître une nouvelle épidémie. Toujours selon lui, la Chine a eu besoin de seulement quelques jours pour passer de l'isolement de l'agent pathogène à la fabrication de réactifs de diagnostics, et de seulement plus de trois semaines pour passer de la découverte de l'épidémie au confinement à Wuhan, alors que le nombre de cas signalés à Wuhan ne s'élevait qu'à 500 et plus. En tant que premier pays à sonner l'alarme antiépidémique dans le monde, la Chine a pris des décisions résolues et rapides en temps opportun face à un nouveau virus inconnu de l'humanité et dans la situation où nous ne disposions que d'informations incomplètes. L'engagement de la Chine à respecter le principe de rapidité dans la découverte, le signalement, la quarantaine et le traitement a permis de gagner du temps pour la lutte antiépidémique et de réduire le taux d'infection et de mortalité. Ces réalisations ont été reconnues par des scientifiques et des experts médicaux de divers pays.

La Chine soutient une évaluation globale de la réponse mondiale antiépidémique après que l'épidémie sera contrôlée dans le monde, pour tirer des expériences et remédier aux défaillances. Dans le même temps, ce travail doit se baser sur une attitude scientifique et professionnelle et sur le principe de l'objectivité et de l'impartialité. La Chine continuera de soutenir le rôle clé de leader joué par l'OMS, avec qui nous poursuivrons étroitement les échanges et la coopération. Nous appelons également les autres pays à offrir un soutien ferme et une assistance nécessaire au travail de l'OMS. En plus, nous sommes fermement opposés à la politisation de la question du traçage de l'origine du virus, car cela n'aidera pas à la lutte solidaire contre l'épidémie de la communauté internationale.

Bloomberg : Le Président américain Donald Trump a signé lundi un ordre exécutif demandant aux agences américaines d'évaluer les risques de sécurité posés par les drones fabriqués en Chine et de donner la priorité à leur retrait. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?

Hua Chunying : J'ai déjà remarqué des reportages concernés. La position de la Chine est très claire sur ce sujet : nous sommes fermement opposés aux actes d'intimidation des États-Unis qui consistent à généraliser le concept de sécurité nationale pour calomnier et réprimer des entreprises chinoises spécifiques. La politisation de la science et de la technologie ne fera que nuire aux intérêts, à la crédibilité et à l'image des États-Unis. Nous exhortons les États-Unis à s'en tenir scrupuleusement aux principes de marché et de la concurrence loyale, à cesser d'accuser et de réprimer de façon injustifiée les entreprises non américaines, et à fournir un environnement d'affaires équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises chinoises.

Global Times : Selon des reportages, l'envoyé spécial du Président américain pour le contrôle des armements a tweeté le 15 janvier en déclarant que malgré la pandémie de COVID-19, la Chine avait lancé plus de 250 missiles balistiques en 2020, dépassant les chiffres de 2018 et de 2019. D'après lui, les États-Unis et leurs alliés ne peuvent pas fermer les yeux sur ce sujet. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Certaines personnes du côté américain aiment toujours à faire des remarques imprudentes et irresponsables sur le développement militaire de la Chine. La partie chinoise s'y oppose fermement. En tant que seule superpuissance du monde, les États-Unis croient depuis toujours que le pouvoir l'emporte sur tout, et ont développé sans retenue toutes sortes d'armes avancées, y compris des missiles. À cette fin, ils n'ont pas hésité à se retirer sans cesse des traités et des organisations internationaux, sapant gravement la paix et la stabilité mondiales et régionales. Tous ces faits prouvent que la déclaration concernée des États-Unis n'est rien de plus qu'un prétexte et une couverture pour justifier leur propre expansion militaire sans retenue.

La Chine poursuit fermement une politique de défense nationale de nature défensive. Le développement de notre puissance militaire n'est maintenu qu'à un niveau minimum requis pour notre sécurité nationale légitime. Notre objectif fondamental est de préserver la sécurité nationale et de prévenir la guerre. Cette politique ne vise aucun pays et elle est irréprochable.

Prasar Bharati : Récemment, des étudiants étrangers qui souhaitent retourner en Chine pour poursuivre leurs études ont publié une lettre ouverte au gouvernement chinois, lui demandant un calendrier clair de leur retour par étape en Chine. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ? Y a-t-il des arrangements sur la date de leur retour en Chine ? Peut-être le mois prochain ou dans deux mois ? La discussion a-t-elle été entamée sur ce sujet ?

Hua Chunying : Pour cette question spécifique, veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes.

Maintenant, la COVID-19 sévit dans le monde, tous les pays ont pris des mesures de prévention et de contrôle selon leurs propres conditions. Les Chinois et les étrangers doivent tous comprendre ces mesures et s'efforcer de les suivre.

Sur la volonté des étudiants étrangers de retourner en Chine pour étudier, ma réponse de principe est que le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection des droits et intérêts légaux des étudiants étrangers en Chine. Nous exigeons que les universités concernées maintiennent des contacts étroits avec leurs étudiants étrangers, organisent correctement l'enseignement en ligne, ainsi que gèrent adéquatement les préoccupations et les demandes raisonnables des étudiants. La sécurité sanitaire bien garantie étant la condition préalable, nous étudierons de manière coordonnée le retour en Chine et la reprise d'études des étudiants étrangers, et nous resteront en contact avec les parties concernées pour cette affaire.

Bloomberg : Le Premier Ministre britannique Boris Johnson a invité la République de Corée, l'Inde et l'Australie à participer à la réunion du G7 de cette année, tentant de mettre en place une « alliance de dix démocraties (D10) » pour contrer la Chine et d'autres pays. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Hua Chunying : Vous venez de dire que le Premier Ministre britannique Boris Johnson a proposé de « mettre en place la D10 pour contrer la Chine et d'autres pays ». Est-ce une citation du Premier Ministre Johnson ou votre compréhension ?

Journaliste : Il s'agit d'une interprétation.

Hua Chunying : C'est donc une simple interprétation. Qu'il s'agisse de D10 ou de toute autre soi-disant « alliance démocratique », nous croyons que toutes les organisations et réunions internationales doivent aider à renforcer la confiance mutuelle et la coopération entre les pays, à défendre le multilatéralisme et à favoriser la paix et la stabilité du monde. Nous nous opposons à la politique des blocs sous couvert du multilatéralisme, à l'idéologisation du multilatéralisme pour viser certains pays spécifiques ainsi qu'aux règles définies par une poignée de pays et imposées par la force à la communauté internationale sous prétexte du multilatéralisme. Nous espérons que les pays concernés pourront développer des relations de coopération d'amitié avec les autres pays sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels. Œuvrons tous ensemble pour faire de notre monde un meilleur foyer de paix et de solidarité, et non en proie à des instabilités et des divisions.

PTI : Ma question porte également sur des étudiants étrangers. Il y a quelque 25 000 étudiants indiens qui font des études en Chine, dont la plupart font leurs études dans des facultés de médecine. La majorité écrasante de ces étudiants indiens sont issus des familles de classe moyenne ou moyenne-inférieure. Ils ont investi un montant important dans leurs études en Chine. La COVID-19 a eu de graves impacts sur les établissements d'enseignement, mais tous les secteurs ont progressivement rouvert, surtout des institutions d'enseignement. La situation des études en Chine de nombreux étudiants indiens, la dépense de leurs études et la date de leur retour en Chine, et d'autres questions ont provoqué une forte inquiétude en Inde. Je pense que le Ministère chinois de l'Éducation devrait envisager leurs difficultés avec un regard sympathique et assurer leur retour rapide en Chine pour qu'ils puissent poursuivre leurs études.

Hua Chunying : Je comprends très bien votre question. Je pense que la confusion et les difficultés auxquelles les étudiants indiens sont confrontés actuellement, existent partout dans le monde. Pour autant que je sache, de nombreux étudiants chinois se sont inscrits aux établissements d'enseignement étrangers et y ont investi beaucoup. À cause de la COVID-19 survenue avec une grande soudaineté, ils ne peuvent pas poursuivre leurs études comme prévu. Beaucoup d'étudiants sont obligés de suivre des cours en ligne. Ce n'est certainement pas le cas que nous voulons voir. Nous espérons vaincre au plus tôt le virus par la solidarité et la coopération au sein de la communauté internationale, de sorte que des enfants et des étudiants puissent revenir à l'école dans les meilleurs délais pour suivre des cours comme d'habitude et passer du bon temps avec leurs camarades sur le campus. Pourtant, la réalité est que, à l'heure actuelle, la deuxième vague de la pandémie est encore grave dans le monde, tous les pays sont en train d'élaborer et de mettre en œuvre de nouvelles mesures de réponse à l'épidémie en fonction de leur propre situation. C'est dans l'intérêt de la sécurité et de la santé des étudiants et de tous les citoyens. Je crois que tout le monde peut comprendre cela et s'efforcer de suivre ces mesures.

Les autorités compétentes chinoises attachent une grande importance à la protection des droits et intérêts légaux des étudiants étrangers en Chine. Elles ont demandé aux universités concernées de maintenir des contacts étroits avec leurs étudiants étrangers, d'organiser correctement l'enseignement en ligne et de bien gérer les demandes et préoccupations raisonnables. La partie chinoise prendra en compte tous les facteurs pertinents dans la prise de décision sur la base de la prévention de l'épidémie, car cela concerne non seulement l'Inde mais aussi d'autres pays, ainsi que des étudiants chinois qui font leurs études à l'étranger. La priorité absolue pour le moment est que tout le monde travaille ensemble pour vaincre l'épidémie dès que possible par la solidarité et la coopération.

China Daily : Selon des reportages, la nouvelle administration Biden signera un décret présidentiel après sa prise de fonction, permettant aux États-Unis de revenir dans l'Accord de Paris. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Hua Chunying : La question du changement climatique est un défi mondial qui exige des efforts concertés de la communauté internationale. La Chine encourage tous les efforts favorables à la coopération internationale sur la réponse au changement climatique. Nous continuerons de travailler avec le reste de la communauté internationale pour mettre activement en œuvre l'Accord de Paris afin d'apporter une plus grande contribution à la réponse mondiale au changement climatique. La Chine accueille et attend favorablement le retour de la nouvelle administration américaine à l'Accord de Paris, et sa contribution active à la gouvernance climatique mondiale.

Suggest To A Friend:   
Print