Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 22 janvier 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2021/01/22

Global Times : Des reportages selon des sources ont indiqué le 21 janvier que Joe Biden proposait à la Russie de prolonger le Traité New START sur la réduction des armes stratégiques pour une durée de cinq ans. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La prolongation du traité New START entre les États-Unis et la Russie contribuera à maintenir la stabilité stratégique mondiale et la paix et la sécurité internationales. Nous espérons que les États-Unis continueront de travailler dans le même sens que la Russie pour assurer la reconduction avec succès du traité et, sur cette base, pour continuer à réduire drastiquement leur arsenal nucléaire et s'acquitter effectivement de leurs responsabilités spéciales et prioritaires en matière de désarmement nucléaire, afin de créer des conditions propices à la réalisation finale du désarmement nucléaire complet.

China News Service : Selon des reportages, le 21 janvier, heure locale, à Bagdad, la capitale de l'Irak, un attentat-suicide à la bombe a eu lieu dans un marché près de la place Tayaran. À l'heure actuelle, plus de 30 personnes ont été tuées et plus de cent autres blessées. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La Chine condamne fermement les attentats à la bombe. Nous exprimons nos profondes condoléances aux victimes et témoignons de la sympathie à leurs familles et aux blessés. La Chine s'oppose résolument au terrorisme sous toutes ses formes et soutient les efforts du gouvernement irakien visant à maintenir la sécurité et la stabilité nationales.

Phoenix TV : Le Parlement européen a examiné et a adopté une résolution sur Hong Kong, demandant de libérer les « personnalités pro-démocratie » arrêtées et d'annuler les charges contre 12 personnes dans le cas de franchissement illégal de la frontière. Quelle est la réponse de la Chine ?

Hua Chunying : Je tiens à souligner une fois de plus que les affaires de Hong Kong relèvent purement des affaires intérieures de la Chine. Elles n'ont aucun lien avec la soi-disant démocratie ou les prétendus droits de l'homme, et aucun gouvernement, organisation ni individu étranger n'a le droit de s'y ingérer. Certains parlementaires du Parlement européen ont confondu le juste et l'injuste et ont favorisé l'adoption de la prétendue résolution, ce qui constitue une violation grossière dans les affaires de Hong Kong de la Chine ainsi que les affaires intérieures chinoises. La Chine s'y oppose fermement.

Nous avons dit à plusieurs reprises que la Chine est un État de droit, et Hong Kong une société de droit, où toutes les lois doivent être strictement respectées, tout cas d'infraction sera puni, et les autorités judiciaires traitent les cas conformément à la loi. Depuis la mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, la société hongkongaise est revenue à la stabilité et la gouvernance selon la loi et la justice y sont valorisées. Les habitants de Hong Kong et les ressortissants étrangers à Hong Kong voient tous leurs droits légaux et leurs libertés garantis d'une meilleure façon dans un environnement plus sûr. Tel est un fait objectif indéniable.

Nous exhortons le Parlement européen à faire face à la réalité que Hong Kong est déjà retournée à la Chine, à respecter scrupuleusement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à rejeter la pratique du « deux poids deux mesures », à arrêter de se poser en « donneur de leçon en matière de droits de l'homme » des autres pays, à respecter effectivement la souveraineté chinoise, à respecter la gouvernance selon la loi à Hong Kong, et à cesser immédiatement de s'immiscer, sous quelque forme que ce soit, dans les affaires de Hong Kong et les autres affaires intérieures de la Chine.

Beijing Daily : Selon des reportages, récemment, le Président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé que les élections législatives palestiniennes se tiendraient le 22 mai 2021, et les élections présidentielles le 31 juillet, suivies par l'élection des membres du Conseil national palestinien, la plus haute autorité de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La Chine est bon ami et bon partenaire de la Palestine. Nous espérons sincèrement que la Palestine organisera avec succès ces élections, renforcera l'unité interne, et préservera et promouvra plus énergiquement les intérêts du peuple palestinien.

Shenzhen TV : Selon des reportages, un récent sondage conjointement publié par un institut de sondage américain YouGov et CBS News montre que plus de la moitié des sondés pensent que la plus grande menace pour le mode de vie américain n'est pas posée par des « forces hostiles de l'étranger », mais par « d'autres Américains ». Selon le sondage, moins de 10% des sondés estiment que les « menaces militaires étrangères et d'outre-mer » constitueront une menace pour le mode de vie américain. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Les yeux du public sont perspicaces. Le plus grand ennemi est souvent soi-même ou issu de l'intérieur. De plus en plus de personnes s'en sont rendu compte. Je pense que c'est justement la raison pour laquelle le Président Joe Biden a souligné dans son discours inaugural la nécessité d'unir, de réparer et de guérir.

Bloomberg : Selon Financial Times, plus de 200 personnalités politiques de Hong Kong recevront le vaccin anti-COVID-19 dans la partie continentale de la Chine, afin de participer aux « deux sessions » (les sessions annuelles de l'Assemblée populaire nationale (APN) et de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC) de la Chine) de cette année. Pourriez-vous le confirmer ? Tous les participants doivent-ils se faire vacciner ?

Hua Chunying : Je ne suis pas au courant des détails de ce que vous avez mentionné. La Chine a déjà lancé la vaccination destinée aux groupes prioritaires. Les dates concernant les « deux sessions » de cette année ont déjà été publiées. Nous veillerons à ce qu'elles se déroulent sans heurts, en toute sécurité et avec succès.

Associated Press de Pakistan : Ma question est aussi sur le vaccin. Selon des reportages, le gouvernement chinois s'est engagé à fournir 500 000 doses de vaccins anti-COVID-19 au Pakistan d'ici la fin de ce mois. Pourriez-vous fournir des détails à ce sujet ?

Hua Chunying : Le Pakistan est partenaire de coopération stratégique à toute épreuve de la Chine. Les deux parties ont toujours une belle tradition consistant à se donner soutien et assistance l'une à l'autre, et lorsque l'une des parties est en difficulté, l'autre lui prête toujours main forte sans hésitation. Depuis le début de l'épidémie, la Chine et le Pakistan ont toujours fait preuve de solidarité pour surmonter ensemble les difficultés. Pour soutenir nos frères et sœurs pakistanais dans la lutte contre l'épidémie, le gouvernement chinois a décidé de fournir un lot de vaccins au Pakistan, et a activement coordonné les efforts d'entreprises chinoises pour accélérer l'exportation de vaccins vers le Pakistan. Hier, lors de la conversation téléphonique avec le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi, le Conseiller d'État Wang Yi a informé la partie pakistanaise de cette décision du gouvernement chinois.

Cette année marque le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan. Comme l'a indiqué hier le Conseiller d'État Wang Yi lors de sa conversation téléphonique avec M. Qureshi, l'amitié entre la Chine et le Pakistan, après avoir résisté à de nombreuses épreuves, est solide comme un roc. Elle est déjà devenue le plus précieux bien stratégique des deux parties. Quelle que soit l'évolution de la situation mondiale, la coopération d'amitié entre la Chine et le Pakistan avancera de façon déterminée. La Chine est prête à saisir l'occasion offerte par le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan pour développer une coopération stratégique avec la partie pakistanaise à un niveau plus élevé, dans des domaines plus élargis et de manière plus approfondie, et construire ensemble une communauté d'avenir partagé Chine-Pakistan encore plus étroite.

HRTN : Selon des reportages, le chef des républicains au Comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis Michael McCaul a indiqué que les sanctions annoncées par la Chine contre Pompeo et d'autres personnes étaient une tentative éhontée et infondée. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Comme je l'ai déjà dit hier, la Chine a décidé d'imposer des sanctions aux personnes concernées des États-Unis, ce qui était une réponse à leurs actes erronés sur des questions liées à la Chine consistant à violer gravement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine. Cette décision est totalement légitime et nécessaire, et démontre pleinement la ferme volonté du gouvernement chinois de défendre les intérêts nationaux.

Selon les statistiques des départements concernés des États-Unis, pendant le mandat de l'administration Trump, plus de 3 900 sanctions ont été imposées, soit trois par jour. Ces agissements ont gravement violé le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et ont sérieusement porté atteinte à la souveraineté, à la sécurité et aux intérêts de développement des pays concernés. Ces mesures impopulaires ont reçu une opposition et une condamnation unanimes de la communauté internationale.

Comme nous l'avons déjà dit, les sanctions unilatérales nuisent à autrui autant qu'à soi-même. Cela ressemble à un boomerang, qui retournera inévitablement contre son auteur.

Les propos de McCaul ont pleinement révélé la logique d'intimidation, de tyrannie et d'hégémonie de certains politiciens américains qui croient que les États-Unis ont l'apanage de réprimer arbitrairement les autres alors que les autres n'ont pas droit à une légitime défense.

O Globo : Le Président brésilien Jair Bolsonaro a demandé à avoir un entretien téléphonique avec les dirigeants chinois dans l'espoir que la Chine libérerait au Brésil les matières premières pour la fabrication de vaccins contre la COVID-19. Les dirigeants chinois accepteront-ils cet entretien avec le Président Bolsonaro et apporteront-ils une aide à cette urgence ?

Hua Chunying : Pour la situation spécifique que vous avez mentionnée, je n'ai aucune information à vous fournir.

Comme nous l'avons présenté, la Chine et le Brésil coopèrent étroitement dans le domaine de la lutte contre l'épidémie. Récemment, les essais cliniques de phase III du vaccin anti-COVID-19 lancés conjointement par des entreprises et des institutions des deux pays au Brésil se déroulent dans d'heureuses conditions. Nous espérons que la coopération concernée pourra jouer un rôle agissant dans la lutte contre l'épidémie du peuple brésilien.

Il y a 1,4 milliard de personnes en Chine et nous avons commencé l'inoculation destinée aux groupes prioritaires. Malgré la demande énorme sur le plan intérieur, nous faisons tout notre possible pour coopérer sous différentes formes avec les pays concernés en matière de vaccins afin d'aider les peuples du monde entier à lutter contre la pandémie. En raison de la quantité limitée de vaccins disponibles pour l'exportation actuellement, y compris de certains produits vaccinaux, ainsi que de liquides primaires et de vaccins semi-finis utilisés dans la production locale des pays concernés, les entreprises chinoises tournent à plein régime pour augmenter leur capacité de production. Veuillez vous renseigner auprès des entreprises concernées pour la situation spécifique.

NHK : Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TIAN) de l'Organisation des Nations Unies (ONU) entre en vigueur dès aujourd'hui. En tant qu'État doté de l'arme nucléaire, quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La Chine comprend bien les souhaits et les revendications des États non dotés de l'arme nucléaire dans la promotion du processus de désarmement nucléaire. Depuis le premier jour où la Chine a possédé de l'arme nucléaire, nous préconisons activement l'interdiction complète et l'élimination totale des armes nucléaires, nous adhérons toujours au principe de non-recours en premier aux armes nucléaires à aucun moment et en aucune circonstance, nous nous engageons solennellement et sans condition à ne pas utiliser ou menacer d'utiliser des armes nucléaires contre des États non dotés de l'arme nucléaire ou des zones exemptes d'armes nucléaires et nous maintenons toujours nos forces nucléaires au niveau minimum requis par la sécurité nationale. C'est la politique fondamentale que la Chine applique avec constance et cohérence. Pour l'objectif ultime de l'élimination totale des armes nucléaires, la position adoptée par la Chine n'est pas contraire au TIAN. La Chine apportera sa contribution au maintien de la stabilité stratégique mondiale, et à la poursuite du processus international de maîtrise des armements et de désarmement par des actes concrets.

La Chine estime en même temps que le processus de désarmement nucléaire ne peut pas être dissocié de la réalité de la sécurité internationale, et qu'il faut le faire avancer progressivement sur la base des principes de « maintien de la stabilité stratégique mondiale » et de « sécurité non diminuée pour tous ». Les processus concernés doivent adhérer au principe du consensus et être traités dans le cadre du régime international actuel de désarmement et de non-prolifération. Le TIAN, dont vous venez de parler, va à l'encontre de ces principes et porte atteinte au régime international de désarmement et de non-prolifération nucléaires qui est basé sur le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). La partie chinoise ne reconnaît ni n'a l'intention de signer ou de ratifier ce traité. Nous soulignons que le TIAN ne reflète ni ne constitue le droit international coutumier, et qu'il n'est pas juridiquement contraignant pour les États non signataires.

La Chine continuera à participer aux discussions en matière de désarmement nucléaire et de questions y relatives dans le cadre de la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, de la Conférence du désarmement, de la procédure d'examen du TNP et de la coopération des cinq États dotés d'armes nucléaires, à faire avancer le processus de désarmement nucléaire d'une manière rationnelle, pragmatique et efficace, et à œuvrer inlassablement en faveur du maintien de l'équilibre et de la stabilité stratégiques mondiaux et de la réalisation d'un monde sans armes nucléaires. Nous sommes prêts à continuer à maintenir une communication constructive avec les pays non dotés d'armes nucléaires là-dessus.

**************************************

Question posée après la conférence de presse : Récemment, le chef de file de l'opposition russe Alexei Navalny a été arrêté après son retour à Moscou, ce qui a suscité la condamnation des États-Unis et d'autres pays occidentaux. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Hua Chunying : Il s'agit d'une affaire intérieure de la Russie. La Chine s'oppose depuis toujours à l'ingérence des forces extérieures dans les affaires intérieures des États souverains. Nous soutenons la Russie dans le maintien de sa sécurité et de sa stabilité, ce qui est dans l'intérêt du peuple russe.

Suggest To A Friend:   
Print