Page d'accueil > Actualités de la Chine
Sommet des BRICS de Goa : de grands espoirs pour l'initiative « Ceinture et route »
2016/10/24

Le président chinois Xi Jinping vient de participer au huitième Sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) les 15 et 16 octobre à Goa, en Inde. Comme lors de chacune de ses visites d'Etat et lors de chacun de ses discours, qu'ils soient dans le cadre de ces visites ou dans le cadre des grands rendez–vous internationaux, le président chinois n'a de cesse de mettre en avant l'initiative « Ceinture et route » – la Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route maritime de la Soie du XXIème siècle – qu'il a proposée au second semestre 2013. Cette édition du Sommet des BRICS n'est pas différente : Xi Jinping reste fermement convaincu que cette initiative permettra de sortir les pays émergents de l'ornière actuelle et donnera une impulsion forte à la croissance durable de l'économie mondiale. A Goa, il a même souligné que « la coopération entre les pays BRICS est l'une des priorités diplomatiques de la Chine ».

Jim O'Neill, alors directeur du service des Recherches économiques globales chez Goldman Sachs, avait inventé l'acronyme BRIC dans un article resté célèbre en novembre 2001. L'idée de création d'un forum destiné aux pays émergents a pris forme rapidement pour devenir réalité. La crise financière internationale de 2008 a accéléré le mouvement et permis de donner aux pays émergents une place centrale dans les affaires mondiales. C'est en 2009 que le 1er sommet a lieu à Ekaterinbourg en Russie. L'Afrique du Sud fait son entrée dans ce club fermé lors du 3ème sommet à Hainan, en Chine, en 2011.

Le Sommet des BRICS peut être perçu par certains commentateurs comme une tribune alternative qui ferait simplement entendre la voix des pays émergents et se solderait à chaque édition par des déclarations de bonnes intentions. C'est souvent le reproche qui lui est fait. Les pays qui y participent n'ont en effet que peu en commun, si ce n'est qu'ensemble, ils représentent un peu moins du quart du PIB mondial. La croissance dans ces pays ralentit de manière plus en moins brutale et tous sont confronté actuellement à des problèmes d'endettement et de surcapacité industrielle. L'Afrique du Sud, le Brésil et la Russie ont été durement éprouvés par la chute du cours des matières premières et des produits alimentaires de base. En Inde, la situation géopolitique est tendue et la pauvreté reste une calamité sociale. Tous ces pays sont touchés par une corruption endémique. Le déséquilibre entre eux apparaît de plus en plus frappant, notamment par rapport à la Chine qui reste l'un des grands moteurs de la croissance mondiale, et qui restructure à marche forcée une économie pesant de plus en plus lourd au sein des BRICS.

Consciente de son rôle mais aussi des responsabilités qui lui incombent, la Chine a toujours mis en avant le concept d'inclusion et l'idée de « communauté d'intérêt », que ce soit avec le continent africain ou les pays d'Asie. L'initiative « Ceinture et route » permet de donner une plus grande force aux mesures déjà mises en œuvre pour relancer la croissance sur des bases durables.

Sur le plan financier, de grandes avancées ont été réalisés en un laps de temps très court. La Nouvelle banque de développement (NBD) – aussi connue sous le nom de Banque de développement des BRICS – est une idée proposée par l'Inde lors du Sommet des BRICS de Delhi en 2012. Un accord pour son établissement a été signé le 15 juillet 2014, lors du Sommet des BRICS de Fortaleza au Brésil, qui est entré en vigueur un an plus tard. L'objectif de cette institution basée à Shanghai est de promouvoir la construction d'infrastructures et de projets durables ayant un impact majeur dans les pays membres. Jusqu'à présent, elle a surtout financé des projets relatifs aux énergies renouvelables à hauteur de 900 millions de dollars, et elle coopère avec la Banque mondiale, la Banque de développement asiatique ainsi que la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII). Loin d'être en concurrence, la NBD et la BAII peuvent créer un effet de synergie pour renforcer l'interconnexion des infrastructures entre les pays BRICS. En conjonction avec le Fonds de la Route de la Soie (établi fin décembre 2014), ces institutions financières seront appelées à jouer un rôle primordial et direct dans le financement des infrastructures.

Sur le plan commercial, l'initiative « Ceinture et route » permettra l'intégration au sein d'un grand ensemble du Corridor économique Chine–Pakistan et du Corridor commercial Bangladesh–Chine–Inde–Myanmar notamment. Ces projets visent à construire et moderniser les infrastructures de transport afin de faciliter l'interconnexion entre la Chine et les pays d'Asie du Sud et du Sud–Est ainsi qu'à renforcer la coopération, les investissements et les échanges. Cette région est riche en opportunités et les mécanismes de coopération régionale déjà en place, comme la Coopération économique pour l'Asie–Pacifique (APEC) et l'Association des nations de l'Asie du Sud-est, ainsi que les nombreux accords de libre–échange en vigueur, donneront une impulsion supplémentaire au développement régional.

Dans la semaine qui a précédé le Sommet des BRICS de Goa, le ministère chinois du Commerce avait même envisagé la création d'une zone de libre–échange des BRICS, qui aurait le mérite de permettre au Brésil de bénéficier des retombées économiques de l'initiative « Ceinture et route ».

Le président chinois a évoqué un « environnement extérieur complexe et difficile » lors du Sommet de Goa et a appelé les pays BRICS à consolider la confiance. Ainsi, il a notamment proposé d'établir une vision de développement partagée, de renforcer la coordination pour répondre aux questions régionales et internationales les plus pressantes et faire face aux défis mondiaux (sécurité, changement climatique, épidémies), et de donner plus de poids aux BRICS dans la gouvernance mondiale. Ce n'est qu'à ces conditions que les BRICS pourront surmonter les obstacles et devenir cette « communauté de destin » que l'initiative « Ceinture et route » souhaite construire.

Suggest To A Friend:   
Print